/opinion/blogs
Navigation

La caresse du Coudoulet

La caresse du Coudoulet

Coup d'oeil sur cet article

On connaît surtout les rouges d’appellation Côtes du Rhône sans se douter que l’on trouve des perles en blanc. J’en veux pour preuve celui de la famille Perrin, propriétaire du célèbre Château de Beaucastel.

Souvent considéré comme le second vin du domaine, le Coudoulet blanc est en réalité un vin à part entière issu d’un vignoble d’à peine 3 hectares se trouvant juste à l'est de celui de Beaucastel, de l'autre côté de l'autoroute A7. Les vignes y sont plus jeunes, mais la formation des sols est similaire. Les soins apportés à la vigne comme au chai, eux, sont exactement les mêmes. Selon la famille Perrin, le millésime 2016 en vallée du Rhône Sud est exceptionnel, aussi bien en qualité qu'en quantité. En goûtant le ce Coudoulet blanc 2016, force m’est d’avouer que les Perrin ont bien raison!

Un assemblage typiquement rhodanien de marsanne, viognier, bourboulenc, clairette. Robe dorée et éclatante. Un nez d’abord discret qui se complexifie au contact de l’air et au fur et à mesure que le vin gagne en température. Tonalités de lavande, d’amande, de fruits jaunes et de citron confit. Bouche ample en attaque, matière nourrie, acidité basse, mais qui ne manque pas d’énergie. Finale grasse et parfumée paraissant parfaitement sèche. Bonne persistance aromatique et, surtout, une grande buvabilité. L’impression d’une caresse. Si bien que la bouteille se siffle dans le temps de le dire. Un blanc de gastronomie, mais qui fera merveille, seul, en apéro. Ne pas servir trop froid (environ 10-12 °C). Passage en carafe 15-20 minutes recommandé.

Coudoulet de Beaucastel 2016, Vignobles Pierre Perrin, Côtes du Rhône, France

30,75 $ - Code SAQ 449983 - 13 % - 2,1 g/l - *** ½ $$ ½