/news/politics
Navigation

Les immigrants réfractaires aux valeurs québécoises sont «des cas isolés»

Coup d'oeil sur cet article

Les mesures proposées par François Legault en ce qui a trait à l’immigration font réagir.

Dans un Québec dirigé par la Coalition Avenir Québec, les immigrants auront trois ans pour apprendre le français, réussir un test des valeurs québécoises et prouver qu’ils ont fait des démarches pour trouver un emploi.

En réaction à ces engagements, Mario Dumont s’est entretenu avec Anait Aleksanian, directrice générale du CACI, un centre d’intégration des communautés immigrantes dans Ahuntsic-Cartierville.

Sans commenter directement les mesures  que souhaite mettre en place François Legault, Mme Aleksanian a expliqué en détail que des organisations comme la sienne travaillent déjà à l'intégration des immigrants.

«Ce qui est méconnu du grand public, c’est qu’il existe des organismes communautaires partenaires du ministère de l’Immigration qui s’occupent véritablement de l’accueil et de l’intégration des nouveaux arrivants, et de leur francisation.»

Elle souligne que les cours de francisation, suivis de façon volontaire par les nouveaux arrivants, se déroulent dans le plaisir.

«On reçoit par année 15 000 immigrants dans Ahuntsic-Cartierville, dont 5000 sont de nouveaux arrivants. Nous offrons 48 groupes de français, en ce moment. Ce n’est pas une école de français, c’est un véritable milieu d’intégration avec une panoplie de services.»

Immigrants réfractaires

Selon elle, il est arrivé, en de rares occasions, que des participants soient réfractaires aux valeurs québécoises, comme l’égalité hommes-femmes.

«Mais ce sont des cas tellement isolés... On s’en occupe, évidemment. Lorsque l’on rencontre ce type de cas, ils sont dirigés immédiatement vers les intervenants sociaux qui leur expliquent les valeurs de la société québécoise, l’égalité hommes-femmes, mais aussi l’histoire, la Révolution tranquille, le féminisme, etc. C’est sûr que c’est des sujets que l’on traite.»

Elle ajoute que les nouveaux arrivants sont triés sur le volet et n’arrivent pas de nulle part.

«Les nouveaux arrivants ne descendent pas des arbres ou des montagnes! Ce sont généralement des personnes très éduquées, cultivées, sélectionnées et choisies par Québec parce qu’elles répondent à un certain nombre de critères.»

Si le test des valeurs de la CAQ est imposé, elle assure que son organisation poursuivra son travail, qui est de «mettre en application les politiques et programmes proposés par le ministère de l’Immigration».