/world/pacificasia
Navigation

L’organisation contre les essais nucléaires disposée à se rendre en Corée du Nord

Corée du Nord drapeau
Photo Archives, AFP

Coup d'oeil sur cet article

Le chef de l’organisme onusien de surveillance de l’interdiction des essais nucléaires a annoncé mercredi être disposé à envoyer une équipe en Corée du Nord pour vérifier l’effectivité du démantèlement du site d’essais nucléaires promis par Pyongyang.

Lassina Zerbo, le secrétaire exécutif de l’Organisation du Traité d’interdiction complète des essais nucléaires (OTICE), a déclaré que le personnel de son institution, dont le siège est à Vienne, avait «l’expertise requise, une technologie de vérification unique et la crédibilité internationale nécessaire pour confirmer et surveiller la fermeture de Punggye-ri», le site coréen d’essais atomiques.

La Corée du Nord a annoncé la semaine dernière qu’elle démantèlerait ce site au cours d’une cérémonie prévue pour entre les 23 et 25 mai.

L’OTICE (ou CTBTO en anglais) serait en mesure d’intervenir avant le sommet prévu pour le 12 juin à Singapour entre le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un et le président américain Donald Trump.

«Si, avant le sommet, nous sommes appelés à effectuer des mesures sur le terrain, c’est quelque chose que nous pouvons faire», a déclaré M. Zerbo.

Le délai pour déployer une équipe de l’OTICE serait d’une semaine environ, a-t-il ajouté.

M. Zerbo a cependant confirmé qu’aucune demande d’intervention n’avait encore été adressée à son organisme par la Corée du Nord ou une autre partie à ce dossier.

Mardi, l’ambassadeur nord-coréen à la conférence du désarmement de l’ONU à Genève avait affirmé que son pays voulait «participer aux efforts» pour totalement interdire les essais nucléaires.

La Corée du Nord n’est pour le moment pas signataire du traité d’interdiction complète des essais nucléaires (TICE) que l’OTICE est chargée de superviser.

Adopté par l’Assemblée générale de l’ONU en septembre 1996, le traité a été signé par 183 pays mais doit encore être ratifié par huit États détenteurs de la technologie nucléaire (Chine, États-Unis, Inde, Pakistan, Corée du Nord, Egypte, Iran et Israël) pour entrer en vigueur.