/sports/soccer/impact
Navigation

«On cherche toujours notre identité» - Daniel Lovitz

«On cherche toujours notre identité» - Daniel Lovitz
Photo d'archives Agence QMI, GREG M. COOPER

Coup d'oeil sur cet article

Les huit jours qui séparent le match contre l'Union de Philadelphie et celui face au Los Angeles FC est l'occasion parfaite pour l'Impact de Montréal de réfléchir sur les points à améliorer en vue du reste de la saison.

D'ailleurs, Saphir Taïder a déjà une bonne liste d'aspects sur lesquels l'équipe peut travailler.

«D'être plus cohérent sur le terrain, de courir plus ensemble et de savoir se parler sur le terrain, c'est ce qui nous aidera pour avoir une cohésion plus solide», a indiqué le milieu de terrain, mercredi.

Si l'Impact semble avoir de la difficulté à trouver cette cohésion sur le terrain, c'est peut-être parce que le club cherche encore son identité. C'est du moins ce que croit Daniel Lovitz.

«On cherche toujours notre identité pour le moment, a-t-il soutenu. Les joueurs apprennent encore à se connaître et il y en a plusieurs que nous estimons capables d’assumer un grand rôle plus tard dans la saison, mais qui, actuellement, sont tenus à l'écart du jeu en raison de blessures.»

Des 11 joueurs titulaires samedi dernier, seulement quatre faisaient partie de l'équipe à pareille date l'an dernier. C'est sans compter le personnel d'entraîneurs qui a complètement changé de visage.

Aux vétérans de se lever

Lovitz est de ceux qui ont été témoins de l'évolution de l'équipe au cours de la dernière année.

«Je pense que ce sont les vétérans qui doivent prendre en main cette identité. On doit se lever et prendre davantage la parole pour s'assurer que tout le monde soit sur la même longueur d’onde.»

Le onze montréalais a du rattrapage à faire s'il souhaite prendre part aux éliminatoires, lui qui n'a amassé que neuf points à ses 11 premiers matchs.

Et selon Lovitz, la clé pour garder le cap sur cet objectif est d'afficher une attitude plus positive.

«La chose la plus importante est de trouver le juste milieu entre être négatif et être réaliste. On passe par des moments difficiles présentement, mais au lieu de s'apitoyer sur notre sort, il faut plutôt s'assurer que tout le monde y met du sien.»

«Je n'ai pas l'impression que c'est le cas en ce moment et je crois que c'est l'élément le plus important sur lequel nous devons travailler d'ici le prochain match.»