/news/politics
Navigation

Salon de jeux: la CAQ «méprise» les gens de Vanier selon les libéraux

caucus liberal
Photo d'archives Simon Clark, Agence QMI Les libéraux sont outrés par la promesse de la CAQ, qui souhaite fermer le Salon de jeux de Québec «qui n’a pas sa place dans un quartier défavorisé».

Coup d'oeil sur cet article

Les libéraux accusent la CAQ de « mépriser » les gens de Vanier avec leur promesse de fermer le Salon de jeux de Québec « qui n’a pas sa place dans un quartier défavorisé ».

Piqué au vif, le député libéral du secteur concerné, Patrick Huot, a réagi en défendant avec vigueur la réputation de son comté au lendemain de la sortie de la CAQ.

« On est tannés à Vanier de se faire dépeindre comme un milieu défavorisé, un milieu pauvre alors que ça fait des années qu’on travaille pour changer cette perception-là et qu’on réussit à la changer tranquillement », a-t-il lâché lors d’une mêlée de presse en matinée mercredi.

« Est-ce qu’il y a encore de la pauvreté à Vanier ? Oui, mais [...] il y a une fierté renouvelée, une appartenance très forte, et qu’un parti politique n’ait pas conscience de ça et vienne frapper là-dessus, moi, je ne le prends pas », a-t-il protesté.

Pas si accessible, selon Huot

Rappelons que la Direction générale de la santé publique s’était opposée au déménagement du Salon de jeux au centre commercial Fleur de Lys, « au cœur des quartiers les plus défavorisés de la région » en 2014. « Ce n’est pas le cœur de Vanier. On est collés sur l’autoroute. Ce n’est pas un endroit qui est accessible facilement à pied, il faut prendre son auto ou une bonne marche », rétorque M. Huot.

« On peut débattre des enjeux de santé publique, mais qu’on arrête de mépriser le quartier Vanier », a-t-il martelé. À ses côtés, le ministre responsable de Québec, Sébastien Proulx, a reproché à la CAQ de « stigmatiser » tout un secteur.

Quant à l’idée d’un vrai casino dans une zone touristique à Québec, le PLQ estime que ce vieux « débat de 1992 » est « clos ».