/news/currentevents
Navigation

Un couple poursuit ses assaillants et la Ville

Ils demandent 530 000$ après avoir été battus

Vital Bélanger garde de lourdes séquelles de l’agression que lui et sa conjointe ont subie en mai 2015.  Sur cette photo, on le voit en juin 2017.
Photo d'archives, Didier Debusschère Vital Bélanger garde de lourdes séquelles de l’agression que lui et sa conjointe ont subie en mai 2015. Sur cette photo, on le voit en juin 2017.

Coup d'oeil sur cet article

Trois ans, jour pour jour, après s’être fait battre sauvagement par un fier-à-bras mandaté par un entrepreneur, un couple de Saint-Augustin-de-Desmaures poursuit les deux belligérants et la Ville de Québec pour la somme de 530 000 $.

À l’automne 2014, Vital Bélanger et sa conjointe Stéphanie Vautour ont décidé de mettre un terme au contrat signé avec Reno Expert et son propriétaire Jean-Marc Tremblay parce que « l’entreprise ne possède pas la licence d’entrepreneur requise ».

Quelques mois plus tard, au début de mai 2015, Vital Bélanger et Tremblay se sont rencontrés dans un bar de St-Augustin.

À ce moment, l’entrepreneur était accompagné du fier-à-bras Bobby Ouellette et, sans faire de détour, il a menacé la victime en lui disant que s’il ne payait pas le restant du contrat, soit 7000 $, Ouellette lui casserait « les bras et les jambes ».

Faisant fi de la menace, M. Bélanger est retourné chez lui et quelques jours plus tard, Ouellette s’est présenté à sa résidence pour réitérer les propos.

Bobby Ouellette a passé à tabac un couple de Saint-Augustin-de-Desmaures en mai 2015.
Photo Facebook
Bobby Ouellette a passé à tabac un couple de Saint-Augustin-de-Desmaures en mai 2015.

La victime a alors contacté les policiers qui, selon la poursuite, « n’ont pas pris les propos du demandeur au sérieux ».

Sauvagement battus

Le 17 mai au matin, Ouellette et deux comparses ont défoncé la résidence du couple, dérobé des bijoux, saccagé la maison et battu sauvagement le couple.

Encore aujourd’hui, M. Bélanger garde de lourdes séquelles de cette agression et il désire être dédommagé par ses deux assaillants qui ont été condamnés au criminel par le tribunal.

Concernant la Ville de Québec, ils estiment que le service d’urgence 911 a été « grossièrement négligent » à leur endroit et que la préposée qui a pris l’appel « a gravement fait défaut d’assurer la sécurité du couple en faisant fi de toute démarche raisonnable dans les circonstances ».