/finance/opinion/columnists
Navigation

Coup de pouce électoral de Revenu Québec à Couillard

Le premier ministre Philippe Couillard, hier, lors de la période de questions.
Photo d'archives, SIMON CLARK Le premier ministre Philippe Couillard, hier, lors de la période de questions.

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement libéral de Philippe Couillard a trouvé le moyen de promouvoir la baisse d’impôt qu’il a annoncée lors de la mise à jour du Plan économique du 21 novembre 2017, et ce, en s’adressant directement à chaque contribuable.

Comment ? En utilisant l’avis de cotisation que Revenu Québec envoie cette année à chacun des 6,5 millions de particuliers qui ont produit leur déclaration de revenus pour l’année d’imposition 2017.

De quelle façon le gouvernement Couillard nous annonce-t-il la bonne nouvelle libérale ? À la fin de la première page de notre « avis de cotisation », on nous interpelle directement de la façon suivante :

« Michel Girard, selon l’analyse de votre dossier... Vous bénéficiez d’une baisse d’impôt. Votre montant d’impôt a été établi conformément à la mise à jour du Plan économique du 21 novembre 2017. »

Si vous allez consulter votre avis de cotisation, vous constaterez que Revenu Québec vous a transmis le même message, après l’avoir personnalisé bien entendu à votre nom.

CAPITAL POLITIQUE

On a le sentiment que le gouvernement Couillard se sert ici de l’avis de cotisation de Revenu Québec pour se faire du capital politique avec la baisse d’impôt accordée lors de la mise à jour de l’automne dernier.

Chose certaine, ça tombe drôlement bien puisqu’on est en pleine année électorale alors que l’élection provinciale se tiendra le 1er octobre prochain.

Des lecteurs se demandent, à juste titre, en vertu de quel mandat l’Agence du revenu du Québec, qui est pourtant depuis 2011 une « agence autonome et imputable », se lance dans la promotion de la récente baisse d’impôt annoncée l’automne dernier dans la mise à jour économique du gouvernement Couillard.

À ma connaissance, cela ne fait pourtant pas partie de la mission de l’Agence du revenu du Québec.

Que Revenu Québec utilise les avis de cotisation pour nous remercier d’avoir produit notre déclaration de revenus et nous redire annuellement : « Par ce geste, vous contribuez au développement économique, social et culturel du Québec », c’est sans connotation politique.

Ce n’est évidemment pas le cas avec le rappel de la « baisse d’impôt » dont on bénéficie en 2017 « conformément à la mise à jour du Plan économique du 21 novembre 2017 ».

Pour se justifier, Revenu Québec me dit que « ce n’est pas la première fois que Revenu Québec a recours à l’avis de cotisation pour informer les particuliers de l’impact de certaines mesures budgétaires à leur égard ».

Mais gros coup de chance pour le gouvernement Couillard, Revenu Québec se voulait cette année plus clair !

« Finalement, depuis mars 2018, me dit-on, Revenu Québec a revisité son avis de cotisation pour les particuliers, notamment pour rendre plus visible ce type de message qui apparaît désormais sur la première page de l’avis. Cette modernisation s’inscrit dans la volonté de l’organisation de mieux communiquer avec sa clientèle. »

REDORER L’IMAGE LIBÉRALE

Cela dit, il faut savoir que la mise à jour économique de novembre représentait un grand virage budgétaire pour le gouvernement Couillard alors que le ministre des Finances Carlos Leitao se lançait dans la grande dépense.

Réduction du fardeau fiscal avec la diminution du taux d’imposition de 16 % à 15 % sur le premier palier d’imposition ; octroi d’un cadeau de 100 $ par enfant par année pour l’achat de fournitures scolaires ; réinvestissement dans la réussite scolaire, la santé et la réduction de la pauvreté...

À moins d’un an des élections, le gouvernement Couillard tentait ainsi de nous faire oublier l’impact dramatique que ses deux premières années d’austérité budgétaire ont eu sur les services publics.

Que Revenu Québec fasse la promotion en cette année électorale du virage budgétaire libéral par l’entremise des avis de cotisation m’apparaît inacceptable.

On devinera que le ministre des Finances (Carlos Leitao) n’a jamais demandé au ministre du Revenu (Carlos Leitao) de faire une telle promotion !