/news/provincial
Navigation

Emplacement de la nouvelle centrale de police: le chef considère aussi d'autres options

Coup d'oeil sur cet article

Le chef du Service de police de la Ville de Québec (SPVQ), Robert Pigeon, n'écarte pas lui non plus la possibilité de choisir un autre emplacement pour la nouvelle centrale de police.

Mardi, le maire de Québec, Régis Labeaume, a indiqué que Lebourgneuf n’était plus le choix définitif pour la construction de la nouvelle centrale de police, les terrains – achetés en 2016 au coût de 2,6 M$ – étant trop petits pour les besoins en stationnement.

«On considère plusieurs options, y compris celle de rester là [Lebourgneuf], mais avec des aménagements différents et d’autres options. Mais naturellement, il va falloir que ça corresponde aux besoins opérationnels de redéploiement des effectifs du SPVQ», a indiqué M. Pigeon.

Le dossier de la nouvelle centrale a fait couler beaucoup d’encre, la facture globale étant passée de 40 à 72 M$. Le maire de Québec a demandé à son administration de se pencher sur le dossier et d'analyser les solutions possibles concernant l’emplacement de la caserne, après le départ de Jonatan Julien, qui était responsable du projet.

«Avec l’architecte de la Ville, nous n’avons jamais cessé de travailler sur la conception de la centrale. Donc, pour nous, il n’y a pas de retard. Par contre, je suis heureux d’apprendre que notre administration et M. Labeaume se positionnent pour solutionner le dossier de la centrale. J’ai bon espoir que nous aurons quelque chose qui va [convenir à] tout le monde», a poursuivi le chef du SPVQ.

M. Pigeon n’a pas voulu commenter les coûts liés au projet. «Nous, on parle en termes de besoins opérationnels des policiers», a-t-il conclu.