/sports/opinion/columnists
Navigation

Steven Butler: le grand ménage

Coup d'oeil sur cet article

TORONTO | Steven Butler est encore dans le trouble. Il va subir un procès pour un incident survenu en 2016. C’était avant l’histoire du seau à champagne en janvier 2017.

Je préfère attendre le procès en septembre avant de commenter en détail cette histoire de voies de fait arrivée à quatre heures du matin dans un bar. Les versions sont pour le moins floues dans l’affaire et un juge sera mieux placé pour rendre un verdict.

Et il y a cette autre affaire où il n’est pas accusé pour l’instant concernant son oncle Sylvain Bertrand. Un faussaire notoire.

Ce que j’ai à dire n’est pas très long. Je pense que Steven Butler est bon garçon. Un bon fond. Selon mes informations, il n’a pas de problèmes de dope ou d’alcool. Contrairement aux frères Hilton d’une certaine époque.

Mais son entourage est beaucoup trop rock and roll. Le promoteur Camille Estephan l’a sorti de Montréal-Nord pour l’installer à Repentigny.

C’est encore trop proche. La solution serait peut-être à Saint-Jérôme. Un de ses deux entraîneurs est Jean-François Bergeron, l’immense poids lourd qui est pompier dans la capitale des Laurentides.

Un peu d’échelle tous les jours chasserait sans doute les tentations...