/world/pacificasia
Navigation

La Chine lève une mesure anti-dumping contre le sorgho américain

Coup d'oeil sur cet article

La Chine a annoncé vendredi qu'elle levait une mesure antidumping prise contre les importations de sorgho américain, au moment où des négociateurs des deux pays tentent à Washington d'éviter une guerre commerciale entre les deux premières puissances économiques mondiales.

Dans un communiqué, le ministère chinois du Commerce a annoncé qu'il avait décidé de lever cette mesure par crainte d'une hausse des coûts de production des éleveurs, particulièrement porcins, le sorgho étant utilisé dans l'alimentation animale.

Pékin avait annoncé mi-avril une taxe préliminaire pouvant aller jusqu'à 178,6% sur les importations de sorgho américain, en réponse à des soupçons de dumping et de subventionnement aux États-Unis.

La Chine est le premier importateur des récoltes de sorgho des États-Unis: elle en a importé 4,8 millions de tonnes l'an dernier, pour une valeur équivalant à presque 1 milliard de dollars.

L'annonce de Pékin survient alors que le vice-Premier ministre chinois Liu He a entamé jeudi des négociations avec les États-Unis pour tenter d'éviter une guerre commerciale avant le déclenchement éventuel mardi de nouveaux droits de douane sur 50 milliards de dollars d'importations chinoises.

Le président Donald Trump exige notamment de Pékin une réduction de 200 milliards du déficit commercial des États-Unis avec la Chine -- il a atteint 375 milliards en 2017.

Dans son communiqué, le ministère chinois du Commerce a rapporté avoir entendu les inquiétudes d'acheteurs de sorgho américain redoutant que les nouvelles taxes douanières n'augmentent le coût de l'alimentation animale, particulièrement au moment où les revenus des éleveurs porcins sont en baisse.

Dans ce contexte, les mesures antidumping chinoises « ne sont pas dans l'intérêt public », a reconnu le ministère.

La « caution » qui avait été imposée aux importateurs pendant la durée de l'enquête antidumping engagé en Chine sera remboursée.

Les nouveaux droits imposés par Pékin sur le sorgho visaient particulièrement des États républicains constituant la base de l'électorat soutenant le président Donald Trump.

Le Kansas, qui a largement voté pour le milliardaire américain en 2016, est de loin le premier État producteur de sorgho aux États-Unis, suivi du Texas et du Colorado.

Donald Trump menace d'imposer des droits de douane sur quelque 150 milliards de dollars d'importations chinoises, tandis que Pékin a promis de répliquer avec des représailles proportionnées, laissant planer le spectre d'une escalade menant à une guerre commerciale entre les deux puissances.

En particulier, le régime communiste a menacé, le cas échéant, de taxer une autre production agricole américaine: le soja.

L'enjeu est de taille: les États-Unis exportent environ un tiers de leur production de soja vers la Chine, qui a acheté en 2017 pour 14 milliards de dollars de soja américain.