/finance/business
Navigation

Les négos dans l’impasse à la SAQ

Les employés de magasins négocient une nouvelle convention depuis 15 mois

SAQ
Photo d'archives Alors que le syndicat s’est retiré de la négociation, la SAQ se dit convaincue d’être en mesure de satisfaire certaines demandes.

Coup d'oeil sur cet article

Les négociations entre la Société des alcools du Québec (SAQ) et ses employés de magasins et de bureaux sont dans l’impasse. Les deux parties négocient depuis plus de 15 mois.

Selon le Syndicat des employés de magasins et de bureaux (SEMB-SAQ), les pourparlers visant le renouvellement de leur convention collective sont dans un cul-de-sac.

Le syndicat dit s’être retiré de la table pour analyser la suite des choses.

«On vous confirme qu’on est dans une impasse. C’est très, très difficile. La liste des demandes de l’employeur est impressionnante», indique la porte-parole du SEMB-SAQ, Katia Lelièvre, dans une vidéo destinée aux membres de l’unité syndicale.

Le SEMB soutient que les demandes de la SAQ portent notamment sur le «déplacement d’heures» de l’horaire de travail des employés permanents.

La SAQ souhaiterait faire travailler davantage les permanents les fins de semaine et non plus en début de semaine comme c’est le cas actuellement.

En retour, le syndicat aimerait obtenir une semaine de travail de 35 heures pour les réguliers.

Moins d’heures disponibles

Cette réorganisation aura toutefois des conséquences sur le nombre d’heures disponibles, selon le SEMB.

«Si on met des réguliers les fins de semaine, ça va couper des heures aux temps partiels», a fait savoir Mme Lelièvre.

À la SAQ, on se défend de vouloir effectuer de nouvelles compressions dans le nombre d’heures de travail dans ses succursales.

«La SAQ vise une plus grande flexibilité pour bien répondre aux besoins de sa clientèle, notamment au moment où l’achalandage est important en succursale», a indiqué jeudi un porte-parole de la SAQ, Mathieu Gaudreault.

Au cours des derniers jours, la SAQ a écrit à ses employés pour expliquer les enjeux de l’actuelle négociation visant à obtenir un nouveau contrat de travail.

La SAQ affirme qu’«un certain déplacement d’heures vers le week-end demeure nécessaire pour bien répondre aux attentes du client et c’est l’objet des discussions actuelles à la table».

La société d’État se dit convaincue d’être en mesure de répondre aux besoins d’affaires de l’entreprise «tout en satisfaisant les demandes syndicales concernant la semaine des 35 heures pour les réguliers».

LA SAQ EN BREF

  • Nombre de succursales : plus de 400
  • Nombre d’employés de magasins et de bureaux : 5500
  • Ventes nettes : 3,12 milliards $
  • Profits nets : 1,08 milliard $

La convention collective des quelque 5500 employés de magasins et de bureaux de la SAQ a pris fin le 31 mars 2017. Elle était d’une durée de sept ans (2010-2017).