/sports/huntfish
Navigation

Le capelan arrive dans l'estuaire et le golfe du Saint-Laurent

capelan
Photo Jacques Gélineau

Coup d'oeil sur cet article

De nombreux citoyens parcourent les plages ces jours-ci, filet à la main, pour pêcher le petit poisson qui se fait toutefois encore discret.

Dans la nuit de jeudi à vendredi, seuls quelques pêcheurs avaient réussi à pêcher le poisson à deux sites situés à deux extrémités de la ville de Sept-Îles, soit aux embouchures des rivières Moisie et Brochu.

«Ce soir, la pêche n'est pas terrible, a indiqué Rock Duguay qui pêche le capelan depuis son enfance. Ça roule une journée, le lendemain ça peut être tranquille. Il faut être là quand ça passe.»

Le capelan fraie sur des centaines de kilomètres le long des plages de la Côte-Nord. Il «roule» sur le sable pour y déposer ses oeufs. Il est habituellement très abondant à la noirceur lors des hautes marées.

Cette tradition attire de nombreux citoyens qui tiennent des rassemblements pour souligner l'arrivée du capelan.

La Sûreté du Québec exerce une présence accrue sur les plages puisque des résidents qui habitent près des berges ont été dérangés au cours des dernières années par des pêcheurs trop enthousiastes et réchauffés par l'alcool.