/entertainment/events
Navigation

L’histoire du Service de police de Québec: 175 ans d’évolution

Badge sur le cœur raconte l’histoire du Service de police de Québec

Les policiers de la Ville de Québec patrouillaient à cheval en 1931.
Photo courtoisie, Archives de la Ville de Québec  Les policiers de la Ville de Québec patrouillaient à cheval en 1931.

Coup d'oeil sur cet article

Avant la création du Service de police de la Ville de Québec, en 1843, des volontaires faisaient régner l’ordre et la paix, armés de bâtons, dans les rues de la Vieille Capitale. L’exposition Badge sur le cœur s’intéresse aux volets historique et humain de cette entité qui célèbre son 175e anniversaire.

Inaugurée mardi au Musée de la civilisation, en présence de Robert Pigeon, directeur du Service de police de la Ville de Québec, Badge sur le cœur se déploie dans un petit couloir où l’on découvre l’historique, des photos et des objets d’époque qui ont jalonné l’histoire de cette institution.

L’exposition présente des témoignages de cinq policiers sur les valeurs qui habitent le Service de police de la Ville de Québec.
Photo courtoisie, Musée de la civilisation
L’exposition présente des témoignages de cinq policiers sur les valeurs qui habitent le Service de police de la Ville de Québec.

Ça va de la boîte d’alarme Police-Incendie, que l’on retrouvait dans les rues de Québec dans les années 50, à un vieux calepin de contraventions du Service de police de Giffard ou à un fascinant télégraphe utilisé au début des années 1900, qui permettait de signaler les incendies.

Élément d’importance de cette exposition, les visiteurs peuvent écouter cinq policiers témoigner des valeurs de service, d’éthique, de partenariat, d’engagement et de communication qui guident, dans ses opérations, le Service de police de la Ville de Québec.

Des témoignages, indique la gestionnaire de projet Anik Dorion-Coupal, qui permettent d’accéder à la vision et à la passion des 700 policiers en fonction.

Évolution et modernisation

En mai 1843, lors de sa création, le Service de police était constitué de 28 hommes en uniforme choisis pour leur robustesse et qui étaient majoritairement d’origine irlandaise.

Ce télégraphe permettait, au début des années 1900, de signaler les incendies à une centrale à l’hôtel de ville de Québec.
Photo courtoisie, Musée de la civilisation
Ce télégraphe permettait, au début des années 1900, de signaler les incendies à une centrale à l’hôtel de ville de Québec.

« Ce sont des face-à-face et des rencontres avec des gens qui expliquent la nature de leur engagement et la passion qu’ils ont envers le métier qu’ils exercent », a-t-elle indiqué, lors d’un entretien.

Il était important, précise-t-elle, de présenter ces témoignages sous cette forme, où le policier s’adresse directement au visiteur, en le regardant dans les yeux. Elle amène une dimension plus humaine qu’un témoignage sonore et sans image.

Badge sur le cœur témoigne aussi d’un corps de police qui s’est modernisé avec l’apparition des nouvelles technologies, et qui a évolué parallèlement à la société.

« Le Service de police de la Ville de Québec est aujourd’hui une organisation dont l’excellence est reconnue, et ce, grâce à la contribution et à l’engagement de notre personnel policier et civil au fil du temps. Cette exposition nous permet de constater tout le chemin parcouru », a fait remarquer le directeur, Robert Pigeon.


♦ L’exposition Badge sur le cœur est présentée jusqu’au 3 septembre, au Musée de la civilisation.