/news/provincial
Navigation

Sommet du G7: des commerces seront barricadés

Les restaurants Grand Café et St-Hubert, de la Grande Allée, fermeront leur terrasse

Christopher Chouinard, propriétaire du Grand Café, sur Grande Allée, placardera son commerce, craignant de la casse de la part des manifestants anti-G7.
Photo Elisa Cloutier Christopher Chouinard, propriétaire du Grand Café, sur Grande Allée, placardera son commerce, craignant de la casse de la part des manifestants anti-G7.

Coup d'oeil sur cet article

Inquiets, des restaurateurs de la Grande Allée prendront les grands moyens pour éviter le pire lors du Sommet du G7 en placardant leur commerce et en fermant leur terrasse.

C’est du moins ce que prévoient le propriétaire du Grand Café et le directeur du St-Hubert, situés « au cœur de l’action », qui n’ont pas oublié la casse faite sur leur terrasse lors de la manifestation « pro-immigration » du mois d’août dernier. Celle-ci avait d’ailleurs été déclarée illégale par le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ).

« Le problème qu’on a, c’est que si on se fait briser ici et qu’il y a quelque chose de grave, le temps de réparer les dégâts, on perd l’été. Si on perd l’été, on fait faillite », affirme le propriétaire du Grand Café, Christopher Chouinard, précisant que la saison estivale représente pour lui plus de la moitié de son chiffre d’affaires.

« Nous n’avons pas assez d’information pour ne pas le faire [placarder], surtout que la semaine suivante, c’est l’ouverture des terrasses. Il faut opérer ! » lance-t-il.

Le son de cloche est le même au restaurant St-Hubert situé juste en face, où toutes les chaises et les tables seront retirées de la terrasse, possiblement même à compter du 7 juin en soirée. « Nous n’avons encore rien de fixé à 100 %, mais lors de la dernière manifestation, je me suis fait démolir. La moitié de mon mobilier est parti dans la rue, je ne suis pas vraiment intéressé à revivre ça », indique le directeur général de la rôtisserie, Stéphane Lapointe.

Ce dernier songe aussi à barricader ses fenêtres advenant la présence de casseurs, admettant toutefois que ce serait une décision « à contrecœur ». « On ne souhaite pas ça. J’ai confiance que les gens vont manifester pacifiquement », mentionne-t-il.

Les policiers visitent les commerçants

Lors de leurs visites des commerçants sur la Grande Allée lundi, les policiers de l’Unité de prévention du SPVQ ont indiqué aux restaurateurs qu’il était préférable de pouvoir retirer leur terrasse rapidement, en cas de débordements.

« C’est impossible pour moi. Ça prend quatre heures pour ramasser la terrasse. J’ai près de 200 chaises, une centaine de tables, des parasols, des structures de métal, du gaz naturel, des parasols », énumère M. Chouinard pour expliquer sa décision.

Le G7 amène aussi son lot de complications pour Emmanuel Côté, propriétaire du restaurant Faite à l’os, fraîchement arrivé sur la Grande Allée, qui doit repousser son ouverture officielle après le G7.

Emmanuel Côté, copropriétaire du restaurant Faites à l'os
Photo Elisa Cloutier
Emmanuel Côté, copropriétaire du restaurant Faites à l'os

« Nous serons prêts à ouvrir le mercredi, mais ça ne nous servirait à rien. On va plutôt venir ici et on va attacher nos chaises à l’extérieur », explique le nouveau restaurateur, qui songe à dormir dans son restaurant, pour suivre la situation de près.

Au restaurant Ashton, on songe à installer la moitié de la terrasse, question de pouvoir la démonter plus rapidement. Au bar Dagobert, des gardiens de sécurité entoureront la terrasse, pour « éloigner les fauteurs de trouble », affirme le gérant Kiniongi Bakombo.

Ils resteront ouverts

Malgré tout, tous les restaurateurs de la Grande Allée rencontrés par Le Journal hier comptent rester ouverts.

Les policiers de Québec visiteront également les commerçants du quartier Saint-Jean-Baptiste, jusqu’à mardi prochain.

Une première manifestation à la Malbaie dimanche

  • Une marche débutera au centre-ville de La Malbaie à 13 h 30 en direction de la zone de « libre expression »
  • Une chaîne humaine se formera près de la clôture
  • La population sera invitée à prendre la parole lors d’un micro ouvert
  • Les organisateurs prévoient du covoiturage à Québec