/entertainment/shows
Navigation

Sous le charme des «Choristes»

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | Les petits chanteurs du spectacle Les choristes, mis en scène par Serge Denoncourt, ont été chaleureusement applaudis, mercredi soir, au terme de la première médiatique, présentée au Monument-National jusqu’au 23 juin, avant d’être repris en supplémentaire, du 4 au 29 juillet, à la salle Pierre-Mercure.

L’adaptation scénique s’inspire de deux films, La cage aux rossignols de Jean Dréville (1944) et Les choristes de Christophe Barratier (2004), qui a notamment été en nomination aux Oscars.

Les deux exploitent la même histoire, celle de Clément Mathieu, un musicien sans le sou, magnifiquement campé par François L’Écuyer, qui accepte un emploi de surveillant dans un internat pour enfants difficiles. Grâce à sa ténacité et son humanisme, il va réussir à gagner la confiance des élèves, notamment en créant une chorale dans laquelle ils vont explorer leur liberté. Il va surtout découvrir le talent caché d’un des élèves les plus difficiles, Pierre Morhange. Clément Henry de Villeneuve, qui incarnait le jeune rebelle lors de la première, est d’ailleurs doté d’une magnifique voix cristalline.

La tâche de Clément Mathieu va toutefois être compliquée par la rigueur du revêche directeur Rachin, incarné avec grandiloquence par Henri Chassé. Renaud Paradis, dans le rôle secondaire du professeur Langlois, tire également très bien son épingle du jeu

Serge Denoncourt a véritablement un talent certain pour mettre en scène des jeunes artistes. Les quinze garçons, issus des Petits chanteurs du Mont-Royal et des Petits chanteurs de Laval, sont aussi bons comme acteurs que comme chanteurs. Ils font même preuve d’un réel talent comique dans certaines scènes.

Les décors se succèdent avec une grande fluidité et on a parfois l’impression de voir le film se dérouler devant nos yeux, sans que la qualité n’en soit altérée.

Il se dégage de ce spectacle un charme suranné et nostalgique qui fait du bien à l’âme.

À la fin de la soirée, les spectateurs avaient le sourire aux lèvres en sortant de la salle, tout en conservant en tête la mélodie de Vois sur ton chemin, qui reste la chanson emblématique du spectacle. Pour la finale de cette première, les deux équipes de jeunes chanteurs, qui se relaient en alternance, avaient d’ailleurs été réunies pour le plaisir de tous.