/news/health
Navigation

Les hôpitaux de Québec en alerte pour le G7

Les hôpitaux de Québec en alerte pour le G7
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Les établissements de santé de Québec s’attendent au pire à l’approche du G7, si bien qu’en plus de réserver des dizaines de lits sur des étages et dans un entrepôt, des douches de décontaminations ont été installées dans toutes les urgences.

En mode «veille» à l’approche du G7, tous les employés sont sur le qui-vive et le «code orange» sera déployé rapidement si les manifestations dégénèrent.

Des lits supplémentaires serviront en cas d’arrivée massive de personnes blessées. Si c’est le cas, l’urgence visée par les autorités sera vidée de ses patients habituels et pourra accueillir un fort débit de personnes en détresses, a appris Le Journal.

Et, en-cas de catastrophe «extrême», des unités de soins supplémentaires seront ouvertes et pourront accueillir des lits supplémentaires qui sont dans un entrepôt.

Le service des communications du CHU affirme qu’aucun lit n’est réservé sur les étages et que le service normal continue.

«Tous les lits que nous avons actuellement vont demeurer. On ne peut pas en bloquer, nous avons déjà des clientèles», a souligné Geneviève Dupuis, qui «prévoit» tout de même des civières supplémentaires «pour doubler la capacité». «C’est en prévision de l’augmentation de l’achalandage. C’est autant à l’urgence que sur les unités de soin». 

Hôpitaux saturés

Mme Dupuis affirme que tous les lits des cinq hôpitaux de la région sont présentement occupés et qu’il est impossible de réserver des lits pour le G7.

Néanmoins,  elle assure qu’ils sont prêts à déployer le pan d’urgence en cas de catastrophe en moins de deux heures.

«On est prêt pour le pire. Prêt à appuyer sur le bouton et que tout se déploie. Nos mesures sont en place», dit-elle.

Le CHU confirme également que les cinq hôpitaux sont maintenant munis de douches servant à la décontamination leur permettant d’accueillir des personnes affectées par des gaz ou autres substances. Pour des questions de sécurité, dit-elle, l’endroit exact où se trouvent ces installations n’a pas été confirmé.