/news/provincial
Navigation

Sommet du G7: plus de 1000 policiers sur le terrain à Québec

Tous les agents du SPVQ seront mis à contribution lors du G7

Quebec
Photo Stevens LeBlanc Le Service de police de la Ville de Québec indique être prêt à contrôler d’éventuels «groupuscules» qui pourraient s’intégrer aux manifestations déjà prévues. «On a tout ce qu’il faut pour faire face au risque que l’on pourrait avoir, rendu là», a fait savoir le porte-parole Réjean Pleau, en point de presse jeudi.

Coup d'oeil sur cet article

Plus de 1000 policiers du Service de police de la Ville de Québec (SPVQ), de la Sûreté du Québec (SQ) et de la GRC seront mobilisés lors du Sommet du G7, à Québec.

En point de presse, jeudi, l’inspecteur Réjean Pleau a indiqué que la totalité des 1000 policiers du Service de police de la Ville de Québec sera mise à contribution lors de l’événement. La Sûreté du Québec a pour sa part refusé de dévoiler le nombre d’effectifs déployés lors du Sommet, pour des raisons de sécurité. La GRC n’a pas rendu les appels du Journal.

Niveau de menace « modéré »

À une semaine du début du Sommet du G7, le SPVQ maintient son niveau de menace à « modéré ». « Pour le moment, rien n’a changé. Nous en saurons plus lorsque nous allons nous rapprocher du G7, nous serons alors en mesure d’évaluer en conséquence », a fait savoir M. Pleau.

Le porte-parole estime toutefois que la situation sera « différente » de celle vécue lors du Sommet des Amériques, en 2001. « Il y avait un périmètre, et c’était ici, à Québec. Il y avait tout un contexte qui faisait que c’était différent de ce qu’on vit aujourd’hui », a indiqué M. Pleau. jeudi, les policiers n’étaient pas en mesure de dire où se situait le niveau de menace quelques jours avant le Sommet des Amériques, en 2001.

À l’heure actuelle, aucun périmètre de sécurité n’a été érigé. Le SPVQ ne prévoit fermer aucune rue.

Bouches d’égout soudées et manifs

En plus de certains CPE et de neuf écoles fermées, M. Pleau a souligné que les bouches d’égout de la ville seront également soudées, pour des raisons de sécurité liées au passage du président américain Donald Trump. « Toutes les villes font ça, peu importe le pays où ils sont. »

Parmi les organisateurs des trois manifestations prévues la semaine prochaine, un seul a remis son trajet aux policiers afin de s’assurer de la légalité du rassemblement. Il s’agit de la marche qui s’amorcera et se terminera à la Fontaine de Tourny, le 9 juin, à 15 h. Les itinéraires des deux autres manifestations, soit celles prévues le 7 juin au parc des Braves, en soirée, et le lendemain matin dans le stationnement du restaurant Normandin sur le boulevard Sainte-Anne, à Beauport, n’ont pas encore été transmis de façon officielle aux autorités.

Le Service de police indique avoir à ce jour « peu d’informations » sur cette dernière initiative, mais précise être en communication avec tous les organisateurs.

D’ores et déjà, le SPVQ dit être au fait que des « groupuscules » tenteront de s’inviter aux différentes manifestations. « C’est quelque chose de connu et on va s’adapter à tout ça », a indiqué M. Pleau.

Commerçants rassurés

Les policiers poursuivent par ailleurs leurs visites chez les commerçants et les résidents du Vieux-Québec jusqu’à mardi prochain.

Ils demandent aux restaurateurs qui ont une terrasse de faire preuve de jugement, en retirant les objets qui pourraient être utilisés « contre les policiers ».  

 

Niveaux nationaux de menace terroriste au Canada

  • Très faible : un attentat terroriste violent est «très peu probable»
  • Faible : Un attentat terroriste violent est «possible, mais peu probable»
  • Modéré : Un attentat terroriste violent «pourrait survenir»
  • Élevé : Un attentat terroriste violent «va probablement survenir»
  • Critique : Un attentat terroriste violent «est très probable et pourrait être imminent»

Source : Gouvernement du Canada