/sports/baseball/capitales
Navigation

La surprise Antchak

Le joueur recrue produit cinq points dans une victoire de 6-2 contre les Aigles

Brad Antchak a dominé en produisant cinq points pour propulser les Capitales vers la victoire.
Photo Didier Debusschère Brad Antchak a dominé en produisant cinq points pour propulser les Capitales vers la victoire.

Coup d'oeil sur cet article

Avant la saison, le gérant des Capitales Patrick Scalabrini avait indiqué que son alignement offensif lui inspirait quelques craintes et qu’un joueur sorti de nulle part devrait émerger pour changer la donne. Brad Antchak est en train de causer la surprise de taille tant souhaitée.

Le joueur recrue a poursuivi son début de saison inespéré en produisant cinq points dans une victoire de 4-2 des Capitales aux dépens des Aigles de Trois-Rivières, devant 1961 spectateurs au Stade Canac.

Le voilà devenu le meneur chez les Caps avec 12 points produits et il a gonflé sa moyenne au bâton à ,364 avec trois autres coups sûrs.

«Pour moi, ce n’est pas une surprise. J’ai mis beaucoup de travail dans la saison morte et je récolte les résultats. Je ne me souviens pas d’avoir déjà produit cinq points. C’est probablement déjà arrivé un jour (dans le baseball mineur), mais je n’en ai aucune idée. Ce que je sais, c’est que je joue avec beaucoup de confiance en ce moment», a expliqué le héros du jour.

S’il jure qu’il n’est pas surpris, ce n’est pas le cas de son patron Patrick Scalabrini, qui reconnaît avec du recul qu’il n’accordait que peu de chances à Antchak de se tailler un poste avec l’équipe, encore moins de produire à un tel rythme.

«C’est sa persistance qui l’a amené ici. Il appelait, il insistait. Je lui ai dit qu’il pouvait venir au camp, mais qu’il ne ferait pas l’équipe. Depuis le début, il montre une attitude incroyable et il veut jouer à la balle. Disons que dans notre hiérarchie des recrues, il est premier!» a lancé le gérant.

C’est d’ailleurs ce même Antchak qui a permis d’ouvrir la marque en deuxième manche, quand il a poussé Jordan Serena au marbre à l’aide d’un simple. Il a poursuivi sa productive soirée en sixième manche en rompant une égalité de 2-2 à l’aide d’un simple bon pour deux points.

Le point d’exclamation a été déployé au dernier tout au bâton pour les Capitales, lorsqu’il s’est offert un coup de circuit de deux points au champ gauche.

Lee en dents de scie

Le partant pour Québec, Brett Lee, a éventé sept frappeurs et accordé un seul coup sûr en cinq manches. Le seul point concédé à l’ennemi est survenu après une succession de mauvais jeux et de malchance. Il aura fallu aux Aigles un frappeur atteint, un mauvais lancer, un long ballon et un retrait sur un roulant pour créer l’égalité une manche plus tard.

«Ses deux dernières manches ont été efficaces et il semblait proche du Lee qu’on a connu l’an dernier en séries. Mais à ses premières manches, on était plus capable et on se demandait si on l’enverrait dans l’enclos. C’est dire à quel point on a vu deux Lee différents ce soir», a analysé Scalabrini.

À leur tour au bâton, les Capitales se sont redonnés une avance d’un point à la faveur d’un double de Sams.

Bonjour, Vasquez!

Lee, qui en était à son premier départ au Stade Canac, a laissé sa place à Mark Vasquez. À son premier lancer, le puissant Taylor Brennan lui a fait coucou en retroussant son offrande par-dessus la clôture du champ gauche. C’était retour à la case départ, avant les exploits d’Antchak.

C’est cependant tout ce que Vasquez a donné dans la victoire qui a été octroyée à sa fiche, les Aigles ayant d’ailleurs été limités à trois coups sûrs dans leur soirée au boulot. Sean Donatello a fermé la porte de peine et de misère en huitième manche, même s’il a joué avec le feu en remplissant les coussins. C’est le revenant Nolan Becker qui a complété le travail.

En bref...

Patrick Scalabrini a confirmé avant la rencontre que Maxx Tissenbaum rejoindrait l’équipe mardi, à Ottawa... Yordan Manduley continue de jouer au deuxième but parce qu’il est ennuyé par une légère blessure au bras, Scalabrini entend le ramener à l’arrêt-court dès que possible... Avant la rencontre, l’ex-entraîneur-chef Philippe Boucher est venu se détendre en claquant quelques balles en compagnie d’une poignée d’amis hockeyeurs, dont David Desharnais.

Les Aigles connaissent un fort début de saison au bâton, avec Taylor Brennan (huit coups de circuit) et Sam Dexter (15 points produits), notamment. C’est sans compter qu’ils miseront dès mardi sur le Vénézuélien Alberth Martinez, un bon cogneur qui a œuvré au sein de l’organisation des Padres de San Diego dans les dernières années.

Karl Gélinas (2-1, 1,50) et Arik Sikula (2-1, 3,06) complèteront la série face aux Aigles, ce soir (18 h 05) et demain (13 h 05) au Stade Canac.

Une équipe à l’image de Stanton

C’est le jour et la nuit pour TJ Stanton aux commandes des Aigles de Trois-Rivières en comparaison avec l’an passé, et l’ancien releveur des Capitales a pris le pari assumé de bâtir une équipe répondant davantage à ses convictions.

La saison n’est vieille que de deux semaines, mais à ce jour, ses protégés répondent bien, eux qui n’accusaient qu’un retard d’un demi-match sur les Capitales au sommet de la Can-Am, avant la rencontre de vendredi.

Stanton avait été catapulté dans le rôle de gérant, dans la tourmente, au beau milieu de la saison 2016. L’été dernier, à sa première campagne à la barre, il a cru préférable de ne pas trop brasser d’air. Cette saison, seulement cinq joueurs de la précédente édition sont de retour et il juge enfin avoir l’équipe qu’il espérait.

« J’ai décidé de changer complètement l’équipe pour la mettre à mon image. C’est un risque d’y aller avec 24 gars qui ont la même personnalité que moi parce que personne n’appuie jamais sur les freins. C’est un peu mon rôle et c’est tant mieux parce que je déteste avoir à pousser les gars. Avec ce groupe, ce n’est pas un problème », a-t-il expliqué.

Été misérable

L’an dernier, les Aigles ont connu un été misérable avec un dossier de 39-61 et Stanton ne perdait rien à brasser toutes ses cartes.

« Chaque journée était une catastrophe ! » a-t-il lancé sans détour. Au moins, ça m’a permis de sentir que maintenant, je suis prêt à tout. Avec les têtes fortes, les résultats sont toujours plus importants. Ils travaillent fort et inspirent l’équipe. »