/entertainment/shows
Navigation

«On s’attend à un festival extraordinaire»

Alan Côté a présenté le nouveau chapiteau temporaire qui accueillera les artistes à Petite-Vallée

Alan Côté
Photo Sandra Godin Alan Côté

Coup d'oeil sur cet article

PETITE-VALLÉE | À moins d’un mois du début du 36e Festival en chanson, les épreuves s’accumulent à Petite-Vallée. Après l’incendie qui a ravagé la Maison Lebreux la semaine dernière, la construction du chapiteau temporaire va bon train, mais ne se déroule pas sans embûches.

Les installations provisoires, qui accueilleront le Festival en chanson pour les deux prochaines années, ont été dévoilées aux médias vendredi, lors d’une conférence de presse.

Il reste beaucoup à faire sur la mythique berge de Petite-Vallée pour accueillir les quelque 20 000 festivaliers attendus dès la fête nationale. Une dizaine d’ouvriers, dont plusieurs sont retraités et bénévoles, s’affairent depuis le 18 mai à ériger le chapiteau, dont le coût s’élève à 600 000 $.

Plus grande capacité que le théâtre

Le nouveau chapiteau, qui fait 157 pieds de long sur 75 pieds de large, est érigé sur la mythique berge de Petite-Vallée, à l’endroit exact où était situé le Théâtre de la Vieille-Forge. Les décombres de la Maison Lebreux, qui a brûlé la semaine dernière, seront aussi ramassés avant le festival.
Photo Sandra Godin
Le nouveau chapiteau, qui fait 157 pieds de long sur 75 pieds de large, est érigé sur la mythique berge de Petite-Vallée, à l’endroit exact où était situé le Théâtre de la Vieille-Forge. Les décombres de la Maison Lebreux, qui a brûlé la semaine dernière, seront aussi ramassés avant le festival.

Les planchers et la structure, conçus pour résister à des vents de 140 km/h, sont montés exactement à l’endroit même où se trouvait le Théâtre de la Vieille Forge, ravagé par un incendie le 15 août dernier.

Le chapiteau sera ensuite divisé en deux salles distinctes de 300 places en formule cabaret et 150 places dans un café-bistro ; il accueillera entre autres les spectacles d’Hubert Lenoir, Émile Proulx-Cloutier, Galaxie et les passeurs Louis-Jean Cormier et Marie-Pierre Arthur. Il contiendra aussi une cuisine équipée.

Mais au moment de notre passage, le grand manitou du festival Alan Côté venait d’apprendre qu’il est maintenant interdit d’avoir une cuisine au gaz sous un tel chapiteau, alors que sept appareils au gaz étaient en route vers Petite-Vallée. Il a réussi à interrompre la livraison, pour ensuite commander des appareils électriques.

Survie du village

« C’est décourageant. Ça fait plusieurs épreuves, laisse tomber Alan Côté, rencontré sur le chantier. Je ne peux pas croire que ça n’arrêtera pas. »

Malgré tout, ne pas faire de festival cette année n’était pas une option. « Il y a 50 emplois qui dépendent de nous », explique Alan Côté, qui craignait de « tuer » l’événement s’il n’avait pas lieu. La survie du village de 150 habitants dépend du festival.

Il précise que 90 % des équipements achetés pour le chapiteau, que ce soit pour la cuisine, la scène ou les équipements techniques, seront récupérés par le nouveau théâtre dans deux ans. Les systèmes de son et d’éclairage serviront au camp de la chanson. « Tout est pensé pour être réutilisé. »

Dans quelques jours, le Festival érigera un autre immense chapiteau à Grande-Vallée, loué celui-là, d’une capacité d’environ 1000 personnes, pour sept grands spectacles dont ceux de Klô Pelgag, Philippe Brach, Yann Perreau, et Jean-Pierre Ferland.

Reconstruction

En parallèle, Alan Côté travaille activement sur le dossier de la reconstruction du Théâtre de la Vieille Forge, qui coûtera 9,8 millions $ (1,7 million $ provient de la campagne de financement). Il souhaite que le gouvernement confirme son engagement financier, et ce, avant les élections.

Pour une ouverture en 2020, le temps presse. Dès qu’il aura le feu vert, il doit mettre en branle un concours d’architecture pour le nouveau bâtiment, et ensuite faire les appels d’offres pour la construction. Des démarches qui prennent plusieurs mois.

« On ne peut pas faire plus de deux ans avec le chapiteau. Ça prend des réponses bientôt », estime Alan Côté.

Sous le thème « un peu baveux » Nourrir la flamme, commente Alan Côté, la conférence de presse a aussi été l’occasion de dévoiler la programmation de la saison culturelle du Village en chanson, puisque le chapiteau ne servira pas uniquement pour le festival.

Quarante spectacles s’ajoutent jusqu’au 8 septembre, dont ceux de Luc De Larochellière, Ludovick Bourgeois, Kevin Parent et Guillaume Wagner.