/news/provincial
Navigation

G7: rien n’indique une arrivée massive de manifestants

Coup d'oeil sur cet article

Même si les autorités policières se préparent au pire pour le G7, rien n’indique une arrivée massive de manifestants aussi surprenante que par le passé.

« Je pense qu’il n’y a aucun signe d’une mobilisation massive. Si on regarde l’histoire des protestations du G7 ou du G20, c’est clair qu’ils dépendent d’un sens du moment global », explique André C. Drainville, du département de sociologie de l’Université Laval.

Le professeur, qui s’intéresse aux mouvements de protestation, ne s’attend pas non plus à une présence importante de groupes en provenance des États-Unis par exemple. « Il n’y a pas de raison de se raconter des histoires », ajoute-t-il.

« Il faut se méfier. Ce n’est pas une science exacte, mais nous sommes loin du printemps altermondialiste de 2001. On n’est pas du tout dans le même contexte », affirme Régis Coursin, du Centre d’études et de recherches internationales de l’Université de Montréal. Avec une trentaine d’étudiants, le chercheur organise une école d’été dans Charlevoix pendant le G7, du 4 au 9 juin.

Évaluer le risque

Afin d’évaluer la mobilisation, Le Journal a tenté de rejoindre une trentaine d’organismes qui ont annoncé leur présence pour les manifestations. À peine une poignée d’entre eux ont répondu de manière laconique en précisant qu’ils n’étaient que des alliés et qu’ils n’organisaient pas les actions. Des organismes ont aussi renvoyé les questions vers un autre regroupement.

Pendant ce temps, à Valcartier, l’entraînement de certains policiers se poursuit. Le Groupe tactique d’intervention (GTI) du SPVM participe aux exercices. « Nous avons envoyé une petite délégation pour supporter et aider », a confirmé le sergent Laurent Gingras.

Selon le candidat au doctorat Pascal Dominique-Legault, qui s’intéresse au profilage politique, la police devrait faire attention d’adopter une approche proportionnelle au risque. « Ce qui m’inquiète davantage, c’est que le débat public ne porte pas sur ces opérations de surveillance qui sont opaques en ce moment », lance-t-il.