/news/transports
Navigation

Le PDG du port veut éviter une guerre Québec-Montréal

Mario Girard salue l’intervention du maire

Le PDG du port veut éviter une guerre Québec-Montréal
Photo d'archives, Stevens LeBlanc

Coup d'oeil sur cet article

Soucieux d’éviter une guerre Québec-Montréal, le PDG du Port de Québec salue l’intervention du maire Régis Labeaume qui a lancé un appel à la collaboration au Port de Montréal, dans la métropole, au sujet du projet Beauport 2020.

M. Labeaume a lui-même abordé le sujet devant les gens d’affaires montréalais cette semaine, se posant en défenseur du projet controversé de terminal de conteneurs à Québec.

Rappelons que Beauport 2020 prévoit l’allongement de la ligne de quai pour accueillir de très gros porte-conteneurs qui ne peuvent se rendre à Montréal en raison de la faible profondeur d’eau dans le fleuve Saint-Laurent.

« Travaillons ensemble »

Depuis le dévoilement du projet, en décembre dernier, le PDG du Port et le maire – qui parlent le même langage – ont ouvertement remis en question la capacité d’accueil du Port de Montréal et plaidé l’avantage concurrentiel du Port de Québec en eau profonde, suscitant des réactions très vives à l’autre bout de la 20.

Les deux ports doivent travailler ensemble pour la suite des choses, a néanmoins plaidé Régis Labeaume, mercredi, afin d’éviter que le Québec perde de l’argent.

Sans cela, seuls « le local et les petites affaires » vont demeurer au Québec, a-t-il affirmé, craignant la concurrence des ports de la côte Est américaine.

« Il y a de la place pour les deux projets : l’expansion du Port de Montréal (et) l’expansion du Port de Québec, et on devrait avoir davantage une vision globale du Saint-Laurent, et c’est ça le message que je retiens de M. Labeaume. Il a quand même dit : “Travaillons ensemble, Québec et Montréal.” On ne doit pas polariser le débat entre Québec et Montréal », a réagi Mario Girard, hier, lors d’une mêlée de presse.

M. Girard dit avoir discuté de vive voix avec la PDG du Port de Montréal, Sylvie Vachon, en février dernier.

« On a échangé là-dessus, on a discuté. Il y a des choses qui avancent [...] Il n’y a pas d’inquiétude qu’on va arriver à trouver une solution tous ensemble au bénéfice du Saint-Laurent tout entier. »

Labeaume, « porte-parole »

Le conseiller d’opposition Jean Rousseau dit quant à lui avoir été « très surpris » de l’intervention du maire à Montréal et juge que ce n’est pas son rôle de prendre le bâton du pèlerin pour défendre le Port.

« C’est comme s’il était devenu le porte-parole du Port ou qu’il remettait son chapeau à la Fondation de l’entrepreneurship », a lancé M. Rousseau.

« Et ce que je comprends, c’est que ça a laissé de glace les gens sur place. M. Labeaume y trouve sans doute son profit, mais je ne pense pas que la Ville y trouve le sien », a-t-il ajouté.

La vice-présidente aux affaires publiques du Port de Montréal, Sophie Roux, a décliné notre demande d’entrevue, refusant de commenter la sortie de M. Labeaume.