/news/transports
Navigation

Fermeture de Camillien-Houde: on est loin de la catastrophe

Coup d'oeil sur cet article

La pluie est tombée, les voitures ont roulé, les piétons ont marché. En ce lundi qui marquait la première journée de semaine depuis la fermeture de la voie Camillien-Houde au transit automobile, tout s'est passé comme à l'habitude pour les usagers de la route.

Le projet pilote de l'administration Plante qui interdit de traverser le mont Royal d'est en ouest du 2 juin au 31 octobre n'a pas causé le chaos que certains craignaient. Du moins, pas aux heures de pointe lundi matin.

Daphnée Hacker-B

Le Journal a sillonné en voiture les chemins alternatifs à la voie Camillien-Houde (Côte-Sainte-Catherine, Côte-des-Neiges, avenues du Parc, des Pins et Docteur-Penfield) durant plus de deux heures et le constat était partout le même. Outre certains ralentissements dans les zones naturellement achalandées (ex: Peel et Docteur Penfield ou Côte-Sainte-Catherine et Laurier), la circulation automobile autour de la montagne s'est effectuée sans problème.


En fait la seule congestion a été causée par la chute d'une grosse branche sur l'avenue des Pins un peu plus loin.

Daphnée Hacker-B

Peut-être que la fermeture de ce raccourci rend la vie moins agréable aux automobilistes qui avaient l'habitude de l'utiliser, mais selon les prédictions des experts et selon une étude d'impact réalisée par la Ville de Montréal, le trafic ne s'amplifiera pas dans les secteurs entourant la montagne.

Pour en savoir plus sur le pourquoi du projet pilote, veuillez visionner notre reportage vidéo sur le sujet.