/news/transports
Navigation

Bientôt une bonne nouvelle pour la Davie

Les négociations avec Ottawa tout près d’un accord

Coup d'oeil sur cet article

Après des mois de négociations entre Ottawa et la Davie pour le contrat des futurs brise-glaces, le gouvernement serait désormais tout près d’un accord.

« On espère une annonce très bientôt », a simplement affirmé Frédérik Boisvert, porte-parole du chantier maritime Davie.

L’entente vise la conversion de trois navires en brise-glaces, qui seraient vendus à la Garde côtière canadienne.

Des détails ne sont toujours pas ficelés, mais il semble que ce soit une question de jours, peut-être même cette semaine. Après une période difficile ponctuée de plusieurs interventions des élus locaux, il ne resterait plus que la date exacte de la bonne nouvelle à déterminer. Un processus bureaucratique devra aussi être respecté.

De la pression

Depuis des mois, le chantier naval de Lévis et le gouvernement du Québec réclament à Ottawa plus de contrats fédéraux pour Davie.

En fin d’après-midi, mercredi, des délégués se rendront au chantier naval afin de souligner les efforts déployés conjointement par les syndicats et la direction du chantier afin d’assurer l’avenir.

Par ailleurs, le chantier naval de Lévis espère toujours récolter un éventuel contrat de plus de 2 milliards de dollars de la marine péruvienne.

En mai dernier, plusieurs maires de la Rive-Sud – celui de Lévis en tête – ont exigé une rencontre avec Justin Trudeau pour « dénouer l’impasse ».

En attente

Environ 800 travailleurs ont été mis à pied en fin d’année 2017, et quelque 600 autres étaient menacés de subir le même sort.

En janvier, le premier ministre du Canada avait dévoilé son intention d’octroyer le contrat des brise-glaces au chantier maritime lévisien, mais l’annonce se fait attendre.

« Là, il faut qu’il se passe quelque chose. On pense que là, le moment est venu de passer à l’action. Ç’a assez duré », avait lancé le 2 mai dernier le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, lors d’une énième conférence de presse pour mettre de la pression sur Ottawa.