/sacchips/mishmash
Navigation

La Ville de Québec serait-elle prête pour Donald Trump?

La Ville de Québec serait-elle prête pour Donald Trump?
Philippe Melbourne Dufour

Coup d'oeil sur cet article

Trump arrive au Québec en fin de semaine. Comme il n’a pas trop envie d’assister aux réunions du G7, il voudrait sûrement aller se désennuyer du côté de la capitale nationale.

Pour ce faire, le Sac de chips lui a suggéré un itinéraire. Même si on pense qu’il va nous écouter autant qu’il écoute ses conseillers...

Avant même de gagner la cité de Régis, Donald pourrait faire un p’tit détour du côté du village fantôme de Val-Jalbert question de revivre sa journée d’assermentation.

En arrivant à Québec, le président américain aurait sûrement une fringale. C’est pourquoi il pourrait s’arrêter au Ashton et commander une poutine. Tout d’abord, il voudrait s’assurer que ce mets exotique ne contient aucun légume avant d’en commander une extra large, double saucisse.

Une fois repu, il pourrait aller admirer grandement les fortifications de Québec en se disant qu’un jour il aura les siennes. Il croirait sûrement que la Ville de Québec est ainsi protégée des Mexicains.

En cherchant le troisième lien dans sa voiture, il écouterait la radio de Québec. Il déciderait alors de visiter une des stations pour en devenir animateur. Il est déjà l'idole de toutes les vedettes de talk-radio.

Étant donné que Donald aime vivre dans le passé, il pourrait joindre la Nordique nation. Il pourrait donner une pelletée de terre... mais à la Place Laurier. Pas grave. C’est l’intention qui compte.

Pour se venger de Justin Trudeau et de la Guerre de 1812, il pourrait être tenté de mettre le feu aux Plaines d’Abraham. Il découvrirait éventuellement que ça a déjà été fait mais il prendrait le crédit quand même.

Il pourrait s’entretenir avec Robert Lepage mais stopper la conversation quand il se rendrait compte qu’il s’agit un homme de théâtre et non d’un employé de l’hôtel.

L’esprit en fête, le président aboutirait au karaoké Le Dauphin dans le quartier Saint-Roch. La clientèle sur place pourrait entendre le président interpréter The Final Countdown (malgré le fait que le groupe s’appelle Europe) avant d’enchaîner avec God Bless the Topless de Black Taboo.

Trump quittera les lieux en furie lorsqu’il entendra un quidam chanter Une chance qu’on s’a de Jean-Pierre Ferland. Le président s’offusquera du passage où Ferland chante «Tu fais des boules de lumière / Avec tes p'tits doigts.» Il le prendra très personnel.

Pour finir en beauté, Donald pourrait acheter le Parlement pour le transformer en Trump Tower.

Tout ça n’est qu’un fantasme de notre part. Car nous rêvons de voir Donald Trump s’adonner à d’autres activités plutôt que de prendre part aux discussions avec les autres pays membres du G7.