/news/education
Navigation

Secret autour du bilan sur l’éducation sexuelle

Coup d'oeil sur cet article

Le ministère de l’Éducation a refusé de remettre au Journal le nouveau bilan des projets pilotes du programme d’éducation sexuelle à quelques mois de son retour dans les écoles du Québec.

Après des demandes répétées du Journal depuis février, il a été impossible de savoir si les projets pilotes implantés dans environ 140 écoles depuis trois ans se sont bien déroulés l’an passé.

« Le bilan de la 2e année (2016-2017) du projet pilote du cours d’éducation à la sexualité ne peut vous être transmis », a finalement répondu le ministère, la semaine dernière.

Le bilan de la première année (2015-2016) avait pourtant été diffusé l’an passé. Ce rapport avait révélé plusieurs écueils, dont un manque de formation ou de ressources, et un malaise vis-à-vis du contenu dans certaines écoles. Il est donc pertinent de savoir si la situation s’est améliorée depuis.

Quelle décision ?

Pour expliquer sa décision, le ministère indique que le document contient des recommandations et des avis effectués « dans le cadre d’un processus décisionnel en cours ».

Or, la décision de ramener l’éducation à la sexualité est en train de se concrétiser. Dès l’automne, les élèves du primaire et du secondaire recevront de 5 à 15 heures d’enseignement par année.

Le Journal a interrogé le ministère pour savoir quel « processus décisionnel » pouvait justifier de garder secret le nouveau bilan, mais cette question est restée sans réponse.

Le retour du programme dès septembre fait l’objet de nombreuses critiques. Les enseignants ont à plusieurs reprises dit ne pas être prêts à donner le cours. Des syndicats ont même recommandé à leurs membres de ne pas se porter volontaires.

Jeudi dernier, le ministre Proulx a rappelé que les professeurs ne seraient pas forcés d’enseigner le programme et que les commissions scolaires pouvaient recourir à des ressources externes, comme des organismes communautaires.