/travel/destinations
Navigation

Le Gran Teatro de La Habana: la fête du ballet

L’extérieur merveilleusement illuminé du Gran Teatro Alicia Alonso la nuit.
Photo courtoisie, Jacques Lanctôt L’extérieur merveilleusement illuminé du Gran Teatro Alicia Alonso la nuit.

Coup d'oeil sur cet article

Le ballet fait partie de la culture cubaine comme la cabane à sucre dans la culture québécoise. Il est profondément ancré dans la vie de tous les jours comme le sont le soleil, la chaleur et le bleu de la mer.

Le Ballet national de Cuba, fondé en 1948, fait partie des cinq plus prestigieuses compagnies de ballet classique au monde, après l’Opéra de Paris, le Ballet royal de Londres, l’American Ballet Theatre et le Ballet Bolshoi.

La statue en bronze de la <i>prima ballerina</i> Alicia Alonso.
Photo courtoisie, Jacques Lanctôt
La statue en bronze de la prima ballerina Alicia Alonso.

Inauguré en 1838, le Grand Théâtre de La Havane rivalisait, à l’époque, avec La Scala de Milan et l’Opéra de Vienne. En 1965, il est devenu le siège permanent du Ballet national de Cuba. Situé au numéro 458 de l’avenue Prado, entre San Rafael et San José, dans la Vieille Havane, il a récemment fait l’objet de rénovations spectaculaires qui se sont échelonnées sur plusieurs années et il a rouvert ses portes en 2016. Il porte désormais le nom « Gran Teatro de La Habana Alicia Alonso », du nom de cette prima ballerina qui a donné depuis plus de cinquante ans ses lettres de noblesse au ballet cubain.

Artistes de renom

De nombreux artistes de renom s’y sont produits, comme la danseuse Ana Pavlova, l’actrice Sara Bernhardt, le chanteur Enrico Caruso, Maurice Béjart et sa troupe, le mime Marcel Marceau, les pianistes Sergueï Rachmaninov et Arthur Rubinstein, le violoncelliste Pablo Casals et le guitariste Andrés Segovia, pour ne nommer que ceux-là. C’est aussi dans cet endroit emblématique que le président Obama s’est adressé à la société civile lors de sa visite historique à La Havane.

Au rez-de-chaussée, vous pourrez vous restaurer au café Intermezzo (avec piano-bar) et déguster un verre de vin ou de rhum tout en fumant un cigare habano au sous-sol du théâtre. Je vous recommande de visiter son intérieur le jour, avec la possibilité d’un guide qui parle français, pour 5 CUC, et le soir, pour son extérieur bellement illuminé, tout près du non moins impressionnant Capitolio.