/investigations/truth
Navigation

Trump se trompe encore

Trump se trompe encore
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Débusquer les fausses nouvelles, vérifier les déclarations des politiciens, trouver les vrais chiffres : les recherchistes de notre Bureau d’enquête, basées à Montréal, Québec et Ottawa, se spécialisent dans l’art de rétablir les faits. Chaque samedi, elles vous présentent leurs trouvailles pour vous permettre d’y voir plus clair dans l’actualité de la semaine.


L’énoncé

En discussion téléphonique avec Justin Trudeau, Donald Trump aurait évoqué la guerre de 1812 pour justifier sa crainte pour la « sécurité nationale » dans le dossier des tarifs douaniers sur l’acier et l’aluminium, selon des sources rapportées par le réseau américain CNN.

« N’avez-vous pas déjà incendié la Maison-Blanche ? » aurait affirmé le président des États-Unis lors d’un appel le 25 mai.

Les faits

Donald Trump se trompe. Ce n’est pas le Canada qui a incendié les bâtiments gouvernementaux de Washington, mais plutôt les Britanniques.

« La citation est historiquement inexacte essentiellement parce que M. Trump attribue la responsabilité pour l’incendie au Canada alors que le Canada n’existait pas comme pays autonome en 1812. Il était une colonie britannique », explique Joanne Burgess, professeure du département d’histoire de l’Université du Québec à Montréal. Ce n’est qu’en 1867 que le Canada devient un pays.

Lors de la guerre de 1812, les Britanniques avaient incendié, le 24 août 1814, la Maison-Blanche, mais aussi le Capitole, l’édifice du département du Trésor et le chantier naval, rapporte l’Encyclopédie canadienne.

La documentation de la Défense nationale canadienne indique que ces gestes étaient une riposte des Britanniques contre l’incendie de York, désormais Toronto. Les Américains avaient occupé la ville plusieurs jours et mis le feu, entre autres, au Parlement et au chantier naval.