/news/transports
Navigation

Troisième lien: Lehouillier rendra ses questions publiques

Gilles Lehouillier, Maire de Lévis
Photo d'archives Gilles Lehouillier, Maire de Lévis

Coup d'oeil sur cet article

Constatant que le gouvernement n’a toujours pas l’intention de réunir le comité d’élus du bureau du troisième lien, Gilles Lehouillier rendra publiques, mercredi matin, plus de 30 interrogations sur ce mégaprojet.

C’est ce que le maire de Lévis a confirmé, lundi soir, en marge du conseil municipal. «Est-ce qu’elle [la ministre déléguée aux Transports, Véronyque Tremblay] n’a pas peur, justement, que la population découvre que le mandat du bureau d’études est à des années-lumière du discours politique qui est tenu actuellement?» s’est-il demandé.

Le maire a également répliqué au gouvernement, qui lui a suggéré de lui envoyer directement toutes ses questions. «Est-ce que c’est à moi à quémander une réunion d’un comité que le gouvernement lui-même a créé et qui devait orienter les travaux du bureau? C’est-tu à moi à aller m’agenouiller?»

M. Lehouillier a ajouté que ses fonctionnaires n’ont rien appris lors de la rencontre du 1er mai du comité administratif du bureau du troisième lien. « On a eu un petit PowerPoint de farine qui a répété tout ce qu’on sait. C’est tellement ridicule. Il n’y a rien là dedans », s’est-il insurgé.

Pas de consigne de vote

Toujours dans le dossier du troisième lien, M. Lehouillier s’est dit satisfait de l’organisation d’une «marche citoyenne», le samedi 16 juin, pour appuyer le projet. «C’est une initiative citoyenne de gens qui sont convaincus, comme nous, que ça prend un troisième lien autoroutier entre les deux rives. Tant mieux, s’est-il félicité. Il faut que les gens commencent à s’exprimer. Il y a une campagne électorale qui s’en vient.» Le maire ne pourra cependant pas être présent à cette activité, car il participera, au même moment, au Grand défi Pierre Lavoie.

Malgré les vives critiques qu’il adresse depuis quelques semaines au gouvernement libéral, Gilles Lehouillier a toutefois assuré qu’il ne donnera aucune consigne de vote aux Lévisiens pour l’élection du 1er octobre.

Baignade à Lévis en 2019?

Dans un tout autre registre et après deux ans d’études, Lévis dit avoir identifié trois sites offrant «un potentiel intéressant à la baignade» dans le fleuve Saint-Laurent. Il s’agit de l’ancien quai Baker (Saint-Nicolas), de la plage Garneau du parc de la Marina de la Chaudière (Saint-Romuald) et du parc de l’Anse-Tibbits (Lévis). Ce dernier lieu est d’ailleurs «l’endroit le mieux configuré pour la baignade à l’heure actuelle. Toutefois, la qualité de l’eau n’est pas encore au rendez-vous pour permettre cette activité en tout temps», a-t-on expliqué, lundi soir.

Si les échantillonnages de cet été devaient s’avérer concluants, la Ville n’exclut pas que la baignade soit permise, à partir de l’été 2019, à un des endroits cités plus haut.