/news/green
Navigation

L'observation de baleines met un terme à la pêche au homard dans le sud de la Gaspésie

L'observation de baleines met un terme à la pêche au homard dans le sud de la Gaspésie
Photo tirée du site du Regroupement des pêcheurs professionnels du sud de la Gaspésie

Coup d'oeil sur cet article

Les pêcheurs de homards du sud de la Gaspésie ont dû essuyer un dur coup, lundi, avec l'annonce de l'interruption de la saison de la pêche en raison de l'observation de baleines noires.

Observés samedi, les mammifères ont amené Pêches et Océans Canada à fermer 10 zones de pêche au sud de la Gaspésie pour un minimum de 15 jours. Ces fermetures pourraient être prolongées si les baleines sont observées de nouveau dans les prochains jours.

Cette décision du ministère fédéral touche non seulement les pêcheurs de homards, mais aussi ceux de crabe des neiges et de flétan, entre autres.

La fermeture de la pêche sera effective à compter de vendredi, 16 h. Le ministère a accordé un délai de 96 heures, plutôt que les 48 heures habituellement consenties, aux pêcheurs afin de récupérer leurs engins de pêche, en raison des forts vents annoncés lors des prochains jours.

Cette décision survient alors qu'il ne reste qu'environ trois semaines à la saison de pêche au homard.

L'Union des pêcheurs des Maritimes avait réclamé, la semaine dernière, que Pêches et Océans Canada laisse les homardiers poursuivre leurs activités en faisant valoir qu'elles étaient concentrées le long des côtes, où la profondeur de l'eau moindre n'attire pas les baleines, qui demeurent au large. Cette demande a toutefois été rejetée par le ministère fédéral.

Pêches et Océans Canada ordonne la fermeture de zones de pêche dès que des baleines noires y sont aperçues, dans l'espoir d'aider à préserver l'espèce. Selon des chercheurs américains, il resterait moins de 450 baleines noires dans tout l'Atlantique.

L'an dernier, 17 carcasses de ces mammifères ont été retrouvées le long du littoral canadien et américain et plusieurs présentaient des blessures possiblement infligées par des impacts avec des bateaux.