/misc
Navigation

Une saison des tornades à l’eau

Coup d'oeil sur cet article

Après une hausse record de tornades en 2017, la saison 2018 s’avère plus calme.

Le pic de la saison des tornades vient de passer aux États-Unis. C’est en mai que l’on compte le plus de tornades, avec 269 en moyenne. Or, cette année, il n’y en a eu que 120 répertoriées.

Il s’agit du début de saison des tornades le plus tardif de l’histoire. Cette diminution s’accompagne d’une baisse record de victimes. Trois décès ont été causés par des tornades au cours des cinq premiers mois de l’année aux
États-Unis, loin des 38 décès en moyenne pour une telle période.

Non seulement les tornades sont deux fois moins nombreuses jusqu’à maintenant en 2018, mais elles sont aussi moins intenses. Seules trois tornades EF3 – le 4e degré de l’échelle des tornades qui en compte six – ont été rapportées sur 431 tornades jusqu’ici. Aux États-Unis, on compte 1274 tornades par an.

Chasseurs désappointés

L’Oklahoma et le Kansas, le royaume des twisters, n’ont vu aucune tornade en avril et mai. Ce qui a déçu les chasseurs de tempêtes québécois partis aux États-Unis ce printemps en quête de sensations fortes. Revenu chez lui après sa première chasse aux tornades qui l’a amené à parcourir 8600 km en 12 jours dans son Dodge Ram modifié, Richard Boulanger, de Terrebonne, n’a pas vu de tornade.

Mais il a eu la piqûre. «  Je prépare déjà ma 2e chasse l’année prochaine. »

C’est la configuration du courant-jet et le froid anormal en mars et avril qui expliqueraient cette baisse cette année. Les efforts de sensibilisation et de préparation aux tornades ont contribué à une baisse du bilan de la mortalité selon les experts de NOAA.

Le Québec aussi profite d’un début de saison assez tranquille sur le front du temps violent. Aucune tornade n’a été rapportée encore alors que le pic de la saison approche (fin juin au début juillet). Le beau temps qui se poursuit cette semaine – sauf mercredi – est fatal aux tornades.