/opinion/blogs/columnists
Navigation

Kim Jong-Un a remporté la négociation

SINGAPORE-US-NKOREA-DIPLOMACY-SUMMIT
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Comme souhaité, le sommet entre Kim Jong-Un et Donald Trump s’est bien déroulé. Comme prévu le communiqué conjoint entre les deux pays reflète une volonté ferme d’établir la paix entre la Corée du Nord, les États-Unis et leurs alliés. Mais en même temps, un chemin immense reste à parcourir, même si Kim et Trump ont chacun fait des concessions. Pour le moment, c’est Kim qui semble avoir marqué le plus de points.

1) Quelles sont les concessions américaines ?

Les États-Unis ont fait trois concessions majeures.

1) D’abord, Kim a été traité en égal du président américain. Il est donc redevenu possible pour Kim de fréquenter tous les dirigeant de la planète. Trump vient de procurer beaucoup de légitimité au régime nord-coréen.

Malheureusement, Kim est un dictateur sanguinaire et son régime est un des plus épouvantables de la planète. Trump aurait dû se contenter de respecter poliment son interlocuteur. Au lieu de cela, il l’a encensé. Ce faisant, Trump indique que son gouvernement veut traiter de la même manière les démocraties et les dictatures.

2) Trump dit en conférence de presse après la rencontre qu’il acceptait de mettre fin aux exercices militaires conjoints entre son pays et la Corée du Sud. Cette concession répond à une demande de longue date de la Corée du Nord.

Mais cette concession répond aussi aux pressions de la Chine qui veut que les Américains quittent la péninsule coréenne. La distanciation entre l’armée sud-coréenne et l’armée américaine se trouve ainsi amorcée. C’est un affaiblissement considérable de la position militaire américaine en Asie de l’Est.

3) Le communiqué final n’inclut aucune mention de dénucléarisation irréversible et vérifiable.

A quoi bon parler de dénucléarisation si celle-ci n’est ni vérifiable, ni irréversible ? Pour le moment, la dénucléarisation ne repose que sur la parole de Kim Jong-Un, parole qui vaut autant que celle de Trump.

2) Quelles sont les concessions nord-coréennes?

Les Nord-Coréens ont fait deux grandes concessions.

1) Kim a accepté de rencontrer Trump en personne et de lui serrer la main cordialement. C’est un renversement complet de la propagande anti-américaine nord-coréenne.

Kim court un double risque. D’abord, celui de semer le doute dans l’esprit des Nord-Coréens sur l’ensemble de la propagande du régime. Ensuite, en cas d’échec des pourparlers, celui que les Nord-Coréens doutent du jugement de leur leader supposément génial. Ceci fragilise le régime.

2) Les Nord-Coréens acceptent de discuter de dénucléarisation avec les États-Unis.

Bien qu’il soit douteux que les Nord-Coréens se départissent un jour de l’ensemble de leur arsenal nucléaire, ils acceptent au moins le principe de sa limitation et de son encadrement.

3) Que va-t-il arriver maintenant ?

Les rencontres entre les Nord-Coréens et les Américains vont se poursuivre. Dans le meilleur scénario, tel que je l’évoque dans ma chronique d’aujourd’hui, les discussions vont aboutir à un accord de paix et à une certaine dénucléarisation. Avec des conséquences majeures pour les relations internationales dans la région et dans le monde

Dans le pire des cas, ou Trump ou Kim piqueront une colère, et ils finiront par dénoncer l’accord qu’ils viennent de signer.

4) Comment l’accord sert-il les deux dirigeants ?

Trump a besoin de l’accord pour les élections de mi-mandat et pour ses élections présidentielles dans un peu plus de deux ans.

Kim veut ouvrir davantage son pays au commerce et développer son économie.

5) Quelles seraient les conséquences d’une répudiation de l’accord ?

Une répudiation de l’accord serait probablement pire pour les États-Unis que pour la Corée du Nord. Le leadership des États-Unis sur la scène mondiale est maintenant très affaibli en raison du comportement et des politiques de Trump. Il serait probablement très difficile aux États-Unis de reconstruire un front international contre la Corée du Nord.