/finance/business
Navigation

Première à Québec pour les autos à hydrogène

Une station-service verra le jour sur Hamel en 2019

La première station à hydrogène
Photo courtoisie Hétu-Bellehumeur architectes

Coup d'oeil sur cet article

Québec accueillera la première station de la province pour le ravitaillement des voitures alimentées à l’hydrogène, au printemps 2019.

Le gouvernement en a fait l’annonce, mardi matin. La station, de 5 millions $, sera située sur le boulevard Wilfrid-Hamel, au coin de l’avenue Saint-Jean-Baptiste. Elle sera financée par les gouvernements du Québec (2,9 M$), du Canada (1 M$) et par le Groupe Harnois produits pétroliers (2 M$).

La station servira à alimenter les véhicules à pile à hydrogène. En ce moment, il n’y en a pas au Québec. Mais dans le cadre du projet pilote du gouvernement provincial, on prévoit faire l’acquisition de 50 automobiles Mirai de marque Toyota.

Le maire de Québec, Régis Labeaume, a fait l’essai routier d’une Toyota Mirai, un modèle de voiture à pile à hydrogène.
Photo Stevens Leblanc
Le maire de Québec, Régis Labeaume, a fait l’essai routier d’une Toyota Mirai, un modèle de voiture à pile à hydrogène.

Multicarburants

L’actuelle station-service, située à cet endroit, sera détruite et reconstruite. Il s’agira de la première station multicarburants au Québec qui offrira de l’essence, du diesel, des bornes électriques, des bornes de recharge d’hydrogène et éventuellement des bornes d’auto-propane.

L’hydrogène sera fabriqué sur place, grâce au procédé de l’électrolyse, qui consiste à extraire l’hydrogène en le faisant passer par un courant électrique.

Le projet-pilote se situe à Québec parce que la flotte de véhicules à hydrogène sera gérée par le gouvernement. « Avec les bureaux gouvernementaux situés à Québec, c’était logique pour répondre aux besoins de notre clientèle », a indiqué Johanne Gélinas, PDG de Transition énergétique Québec, la société d’État créée l’an dernier pour assurer le passage au mode électrique pour les véhicules.

Le but avoué du projet-pilote est de « positionner le Québec comme premier producteur d’hydrogène propre », a soumis le ministre des Ressources naturelles, Pierre Moreau. Le gouvernement lorgne le marché de l’exportation.

Tests à la Ville

Le maire de Québec, Régis Labeaume, qui a fait un essai routier de la Mirai avant la conférence de presse, a annoncé que la Ville utilisera quelques-unes des 50 voitures achetées par le gouvernement pour ses propres besoins. « L’hydrogène sera clairement la prochaine étape à tester. »