/sports/baseball/capitales
Navigation

Sams, à nouveau papa

Le voltigeur de centre s’absentera deux semaines pour la naissance de sa fille

Kalian Sams a frappé un circuit en solo pour son dernier match des deux prochaines semaines. 
Photo jean-François Desgagnés Kalian Sams a frappé un circuit en solo pour son dernier match des deux prochaines semaines. 

Coup d'oeil sur cet article

Le baseball deviendra secondaire à partir de mercredi, et ce, pour les deux prochaines semaines pour Kalian Sams, qui assistera à la naissance de son deuxième enfant dans son pays d’origine.

Le puissant cogneur des Capitales de Québec s’envole mercredi pour les Pays-Bas pour rejoindre sa fiancée et le reste de sa famille en prévision de l’arrivée de la petite fille attendue pour le 18 juin.

Avant d’amorcer sa troisième campagne dans la Vieille Capitale, Sams s’était entendu avec le gérant Patrick Scalabrini pour quitter temporairement l’équipe à ce moment-ci du calendrier afin d’être aux premières loges pour ce moment spécial.

Le même scénario s’était produit il y a deux ans en fin de saison quand le Néerlandais avait traversé l’Atlantique pour la naissance de son garçon.

« Il y a deux jours, ma fiancée m’a envoyé un message dans lequel elle se disait nerveuse parce que le travail avait commencé. Ça m’a mis nerveux aussi et je me suis dit que je devais partir immédiatement.

« Puis, elle m’a dit qu’elle était correcte et qu’elle ressentait des crampes. Je lui ai dit d’attendre encore deux jours puisque je partais le 13 », racontait l’imposant voltigeur avant la rencontre de mardi soir contre les Champions d’Ottawa qui constituait sa dernière d’ici son retour prévu le 25 juin.

Sacrifices familiaux

Même si Sams se plaît à porter les couleurs de la formation québécoise, avec laquelle il se pavane depuis le début de la saison avec une moyenne au bâton de ,299, trois circuits et 14 points produits, en excluant le début de la nouvelle série à domicile, il doit mettre en veilleuse le temps passé avec son jeune garçon âgé d’un an et 9 mois.

« C’est très difficile. Je joue au baseball depuis longtemps. Laisser ma famille derrière est devenu beaucoup plus difficile que par le passé. Quand tu laisses ta blonde, ton père et ta mère, ils en prennent l’habitude, mais ton petit gars, il ne sait pas ce qui se passe. À l’entendre sur Facetime, c’est dur, car tu veux être là pour le voir grandir », a-t-il reconnu, avant le matchs, évoquant la fin possible de sa carrière après les Jeux de Tokyo en 2020.

Personne différente

Quoi qu’il en soit, le joueur de 31 ans voit la vie d’un autre œil depuis qu’il est devenu papa.

« Avant, ce n’était que moi et ma copine. Maintenant, peu importe ce que je fais, je dois penser à ce dont mon enfant a besoin et qu’est-ce que je peux faire pour l’aider. Ça m’a changé comme personne dans la façon de voir les choses. Même si j’ai une mauvaise journée, je retourne à la maison et je vois mon fils, ce qui me fait oublier tous mes problèmes.»