/sacchips/zoneassnat
Navigation

[VIDÉO] Voici pourquoi les libéraux seront réélus, selon Gaétan Barrette

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette
Photo Simon Clark Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette

Coup d'oeil sur cet article

Non seulement est-il convaincu que son parti sera réélu, Gaétan Barrette est persuadé qu’il sera renommé ministre de la Santé si tel est le cas.

C’est du moins ce qu’il a laissé entendre en chambre, mardi, alors questionné par le député caquiste Mathieu Lemay sur l’agrandissement de l'Hôpital Pierre-Le Gardeur à Lachenaie.

«J'ai demandé plusieurs fois au ministre de la Santé quand on allait finalement commencer les travaux d'agrandissement, déjà que l'ajout de 150 lits a été planifié en fonction des données démographiques de 2010. Il y a urgence d'agir. M. le Président, ce n'est pas juste la CAQ qui réclame l'ajout de 250 nouveaux lits — et vous avez bien compris, 250 nouveaux lits — c'est aussi trois organismes importants de la région, dont le comité des usagers du Sud de Lanaudière, la FADOQ et l'AQDR. Je tends la main au ministre une dernière fois avant la fin de la session parlementaire. Est-ce que le ministre de la Santé compte lancer lui-même l'agrandissement à l'Hôpital Pierre-Le Gardeur ou si c'est nous qui devrons nous en charger?», a demandé le député de Masson, dont le parti est nettement en avance dans les intentions de vote

Piqué au vif, le ministre de la Santé a affirmé qu’il allait être «celui qui annoncera l'agrandissement à Le Gardeur dans le prochain mandat» qui sera «un gouvernement libéral» et il a expliqué pour quelles raisons...

«Je serai celui qui annoncera l'agrandissement à Le Gardeur dans le prochain mandat, évidemment, dans un prochain mandat qui sera un gouvernement libéral, parce qu'à la CAQ on est incapables, incapables de chiffrer ses propositions, incapables d'expliquer comment on va arriver à destination. La CAQ est une série de slogans, M. le Président, sans plan, sans chiffre, sans rien. C'est une supercherie, M. le Président, une supercherie...», a-t-il d’abord lancé avant d’être ramené à l’ordre par le président de l’Assemblée nationale, Jacques Chagnon.

Puis, le ministre de la Santé, a poursuivi son envolée...

«Une chose est certaine, M. le Président, à la CAQ... il n'y a pas de leçons que nous avons à recevoir de la CAQ. Un parti qui est incapable d'expliquer ses propositions ni de les chiffrer, ça, ça ne s'appelle pas être transparent, ni crédible», a-t-il conclu.