/finance/business
Navigation

Metro bonifie son offre d’épicerie en ligne en attendant Amazon

L’épicier offre la livraison le jour même et prolonge ses heures de service

Pour ses livraisons, Metro possède des camions Tri-Zones divisés en trois sections, soit pour les articles réfrigérés, secs et surgelés.
Photo courtoisie Pour ses livraisons, Metro possède des camions Tri-Zones divisés en trois sections, soit pour les articles réfrigérés, secs et surgelés.

Coup d'oeil sur cet article

En attendant l’arrivée de Whole Foods d’Amazon au Québec, Metro continue de bonifier son offre d’épicerie en ligne alors que ses ventes par le web ont progressé de 600 % depuis un an.

Metro garantit maintenant à ses clients la livraison le jour même lorsqu’ils placent leur commande en ligne avant 13 h.

« Les clients de l’épicerie en ligne de Metro peuvent ainsi cueillir leurs sacs dès 16 h en magasin ou se faire livrer chez eux après 18 h », indique la porte-parole de Metro, Geneviève Grégoire.

La chaîne québécoise a aussi annoncé qu’elle prolongeait ses horaires de livraison jusqu’à 22 h la semaine et jusqu’à 20 h le week-end.

Au Québec, Metro dit offrir, dans sept supermarchés, son service de commande en ligne avec livraison le jour même, qui couvre les grandes régions de Montréal, de Québec et de Gatineau, soit 60 % de la population québécoise.

Selon l’épicier québécois, les ventes en ligne ont progressé de façon importante depuis un an. « On observe une croissance importante, soit six fois plus qu’il y a un an, où nous avions trois succursales en activité », a précisé sa porte-parole.

Dans le cas de Metro, des frais de livraison de 10 $ s’appliquent pour commander en ligne et se faire livrer à la maison, comparativement à 4 $ si on passe en magasin cueillir soi-même ses sacs d’épicerie déjà prêts.

Ventes marginales

Bien que ses ventes en ligne aient démontré une forte progression depuis un an, la direction de Metro rappelle que le phénomène demeure marginal.

Actuellement, seulement 1 % des ventes d’épicerie sont réalisées en ligne au Québec et au Canada. Aux États-Unis, le pourcentage atteint 2 %.

En Europe, où les consommateurs magasinent en ligne leur épicerie depuis plusieurs années, les ventes en ligne des supermarchés atteignent 4 % en France et 7 % en Grande-Bretagne.

« Nous procédons de façon prudente et méthodique. Ce n’est pas rentable, mais on travaille fort pour améliorer l’exploitation du service en ligne. Logistiquement, il n’est pas facile de livrer des marchandises sèches, périssables et surgelées à domicile », a expliqué récemment le grand patron de Metro, Éric LaFlèche.

Il faut dire que le géant Amazon, qui a acheté l’an dernier la chaîne de supermarchés Whole Foods, continue de prendre de l’expansion tant au Canada qu’aux États-Unis.

Plusieurs analystes s’attendent à voir débarquer Whole Foods éventuellement au Québec, dans la région de Montréal. Les membres du service Prime d’Amazon peuvent recevoir une réduction de 10 % sur les produits Whole Foods.