/sports/hockey/canadiens
Navigation

Pas de rachat de contrat en vue pour Karl Alzner

Pas de rachat de contrat en vue pour Karl Alzner
PHOTO D'ARCHIVES, JOEL LEMAY

Coup d'oeil sur cet article

Le Canadien de Montréal «n’a vraiment aucune intention de racheter» le contrat du défenseur Karl Alzner.

Du 15 au 30 juin, la période des rachats se mettra en branle dans la Ligue nationale de hockey (LNH) et chez le Tricolore, le nom d’Alzner est souvent mentionné. Il ne faut toutefois pas s’attendre à ce qu’il quitte le giron après seulement une saison, lors de laquelle il a obtenu 11 aides et 12 points en 82 matchs, en plus d’afficher un dossier de -7.

Aussi, selon le journaliste de hockey de la chaîne TVA Sports Louis Jean, le CH ne souhaite pas renoncer à son entente de 23,125 millions $ cet été.

«Le Canadien n’est pas prêt à abandonner dans le cas de Karl Alzner», a-t-il avancé à l’émission «Destination Coupe Stanley AM», mercredi.

«C’est un gars de caractère qui a quand même connu beaucoup de succès avec les Capitals de Washington.»

Alzner touchera 6 millions $ lors de la prochaine campagne, ce qui comptera pour 4,625 millions $ sur la masse salariale de l’équipe. Il a cependant eu du mal à s’adapter avec le Tricolore en 2017-2018.

Les partisans sont-ils trop sévères ou simplement trop exigeants?

«Ça ne veut pas dire que ça n’arrivera pas. Lorsque tu tentes de conclure une transaction ou que tu cibles un joueur autonome [...], c’est là que ça peut changer.»

Devante Smith-Pelly a vécu pareille situation, en juin dernier. Les Devils du New Jersey ont racheté son contrat à la dernière minute, tout juste avant l’ouverture du marché des joueurs autonomes, et il a été pris au dépourvu.

Il a finalement trouvé preneur chez les Capitals quelques jours plus tard.

Le cas Lucic

Autre candidat à un rachat cet été, Milan Lucic, des Oilers d’Edmonton, pourrait-il encore être ciblé par le directeur général Marc Bergevin? Chose certaine, son salaire annuel de 6 millions $ fait peur aux DG.

«Ça me semble farfelu. Plusieurs joueurs sont venus à Montréal à la date butoir. Lucic a ralenti, mais c’est un joueur qui est à la fois tellement craint et tellement respecté à travers la ligue. Peux-tu dire un non catégorique?», a dit Jean.

«S’il est échangé, il ne coûtera pas 6 millions $ par année. C’est sûr que les Oilers vont retenir une partie de son salaire.»

Si tel est le cas, l’agitateur voudra se prouver sous d’autres cieux.

«Tout le monde pense qu’il est fini. Soit qu’il prouve le contraire ou que l’équipe qui l’acquiert a fait une erreur.»