/news/currentevents
Navigation

Procès du pasteur Claude Guillot: une victime refuse de témoigner «dans la même salle que l’accusé»

Des photos «d’enfants souriants et joueurs», le pasteur Claude Guillot en avait des caisses pleines.
Photo courtoisie Des photos «d’enfants souriants et joueurs», le pasteur Claude Guillot en avait des caisses pleines.

Coup d'oeil sur cet article

Des photos «d’enfants souriants et joueurs», le pasteur Claude Guillot en avait des caisses pleines dans sa maison du quartier Chauveau où il «faisait l’école», et ces moments «heureux» ont été présentés au compte-gouttes à l’une des présumées victimes qui a eu du mal à voir son passé être ramené au présent.

Vendredi dernier, en après-midi, Marc-Antoine (prénom fictif) a pris la boîte pour raconter la vie qu’il a subie alors que son père l’a placé en pension, à l’âge de cinq ans, chez Guillot.

Pour appuyer le récit, certaines photos ont été présentées à la cour ainsi que quelques vidéos.

Séances d’humiliation, exercices matinaux composés de squats et de push-up et rangement «minuté» du sous-sol qui servait de dortoir ont ainsi pu être visionnés par le juge Christian Boulet.

Droit, franc, s’exprimant de façon claire et précise, le jeune homme aujourd’hui âgé de 20 ans a répondu à chacune des questions posées par la procureure aux poursuites criminelles et pénales, Me Sonia Lapointe.

Contre-interrogatoire

Mardi, la difficile étape du contre-interrogatoire mené par Me Susan Corriveau a débuté.

Comme pour la Couronne, Marc-Antoine a répondu aux interrogations de l’avocate de façon articulée, au mieux de ses connaissances et de ses souvenirs d’enfant. Puis, Me Corriveau s’est mise à faire défiler des photos, ramenant le passé de l’enfant bien au présent.

L’avocate du pasteur Claude Guillot a présenté une série de photos de pensionnaires en train de jouer.
Photo courtoisie
L’avocate du pasteur Claude Guillot a présenté une série de photos de pensionnaires en train de jouer.

«29 juillet 2011, on est encore dans les rénos. On vous voit au fond, c’était le repas?», demande l’avocate qui obtient une réponse positive.

De descriptif en descriptif, l’avocate montre, pointe, questionne.

«31 juillet 2011, on y voit votre père? Oui. Toujours le 31, ça, c’est le repas? Oui. Et puis tout le monde mange des hamburgers? Oui».

Après trois heures de cet exercice périlleux, le jeune homme est sorti de la salle en tremblant et affecté psychologiquement au point où il a fait savoir qu’il ne «désirait plus témoigner» ni même «se trouver dans la même salle que Claude Guillot», «du jamais-vu» selon Me Corriveau.

La pause du dîner a cependant permis au jeune homme de se ressaisir, et toujours aussi droit, il a repris place dans la boîte des témoins face à celui qui l’aurait humilié et aurait «drillé» une partie de sa vie.

« 9 octobre 2011, on y voit un repas. À côté, c’est votre père qui est assis? Oui. 19 novembre 2011, on vous voit et on voit que vous avez des petites tablettes entre vos mains? Oui, pour pouvoir suivre les messages bibliques», a répondu Marc-Antoine qui a été astreint, image par image, à revoir sa vie défiler devant lui.