/news/provincial
Navigation

La Ville de Québec paiera 2,1 M$ pour le terrain d'Anacolor

Le maire de Québec, Régis Labeaume
PHOTO JEAN-FRANÇOIS DESGAGNÉS Le maire de Québec, Régis Labeaume

Coup d'oeil sur cet article

La Ville de Québec a conclu une offre d'achat avec le propriétaire de l'usine Anacolor et paiera 2,1 millions $ pour acquérir le terrain.

«Nous aussi on a signé. On paie le terrain 2,1 millions $», a révélé le maire de Québec, Régis Labeaume, quelques heures après l'annonce de l'entente conclue entre le gouvernement et l'usine de Cap-Rouge pour la déménager sur la Rive-Sud.

Des études et des forages sont en cours pour déterminer le niveau de contamination du terrain. «S'il y avait un niveau de contamination qui était au-delà du niveau commercial et industriel, on va déduire ça du coût de vente.»

En campagne électorale, le maire s'était engagé à offrir 1,6 million $ à Anacolor. La mise a grimpé depuis. Mais la Ville calcule qu'elle peut se rattraper sur le coup de revente. Elle possède aussi un terrain à proximité qu'elle pourrait mettre en vente à des fins de développement immobilier.

«Au total, c'est une très bonne affaire, a exprimé M. Labeaume. On est très contents. Ce sont deux terrains à vendre, plus les taxes qu'on va retirer pendant des années. Nous, on est très heureux.»

Le futur développement résidentiel sur le bord de la rivière Cap-Rouge sera très attrayant pour des promoteurs, estime le maire. Une partie doit être consacrée à l'aménagement d'un parc.

Le plan présenté en campagne électorale prévoyait de bâtir un édifice de quatre étages sur le terrain d'Anacolor. Juste à côté, le garage municipal devait être démoli et un édifice de deux à trois étages devait s’intégrer au nouveau développement.