/opinion/columnists
Navigation

Le jeu de Lehouillier

Coup d'oeil sur cet article

Quand on regarde aller le maire de Lévis depuis plusieurs mois, il ne viendrait pas à l’esprit qu’il a réellement envie de plus de transparence relativement à l’hypothétique projet de troisième lien.

L’étude sur le troisième lien ratisse trop large, et pose trop de questions, allègue Gilles Lehouillier. En fait, à l’écouter, on devrait se contenter d’étudier un troisième lien à l’est, et rien d’autre, peu importe le coût et les impacts.

Peu importe si le fait d’ajouter des autoroutes ne règle pas les problèmes de congestion routière, mais les aggrave, comme le prétendent les vrais experts. Peu importe si on constate qu’on peut améliorer la situation autrement et surtout de façon beaucoup moins coûteuse.

Le troisième lien est devenu pour M. Lehouillier une bouée de sauvetage qui sert à faire oublier sa mauvaise gestion du dossier de transport structurant. Le maire de Lévis, faut-il le rappeler, a exclu sa ville du projet de SRB, alors qu’il s’en était fait, pendant des années, un ardent promoteur et défenseur.

Les gens de Québec peuvent l’en remercier. Grâce à lui, ils auront un tramway, version améliorée d’un projet qui, même s’il coûtera beaucoup plus cher, sera financé par les gouvernements supérieurs et sera déployé plus loin sur son territoire.

Leurs voisins de Lévis, principales victimes des bouchons de circulation à l’entrée des ponts, continueront quant à eux de pâtir.

Par enchantement

Pour cette raison, M. Lehouillier a donc tout avantage à faire croire à sa population, qui lui parle du projet quand il fait son épicerie, a-t-il dit hier, que le troisième lien à l’est viendra comme par enchantement régler les problèmes de congestion.

Le maire de Lévis y voit également, avec raison, l’opportunité de développer l’est de son territoire, peu importe quels seraient les impacts d’un lien autoroutier pour les magnifiques villages sis le long du fleuve, ou encore pour l’île d’Orléans. On y reviendra si un jour le projet se précisait, ce qui est encore très loin d’être le cas.

À Montréal, le tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine a permis de développer l’est de la ville, a rappelé l’élu hier. Si j’étais lui, je choisirais au plus vite un autre exemple que cette infrastructure où ça bouchonne même les fins de semaine, et qui est accolée à des liens autoroutiers parmi les plus congestionnés au Canada.