/news/currentevents
Navigation

Déclaré délinquant à contrôler pour 10 ans

Multirécidiviste en matière de pornographie juvénile

Coup d'oeil sur cet article

Un multirécidiviste en matière de pornographie juvénile a écopé d’une peine de trente mois d’incarcération en plus d’être déclaré délinquant à contrôler pour 10 ans.

La première fois que Marc-André Morin a fait parler de lui, c’était en 2003. On l’accusait alors de possession de pornographie juvénile, crime pour lequel il avait plaidé coupable.

<b>Marc-André Morin<b><br />
Multirécidiviste
Photo Agence QMI, Aurélie Girard
Marc-André Morin
Multirécidiviste

Puis, en 2013, l’homme avait contacté les policiers pour leur faire savoir qu’il se trouvait dans un motel du boulevard Hamel et qu’il avait avec lui un ordinateur où se trouvait de la pornographie juvénile.

Âgés de 5 à 10 ans

Pour cette infraction, treize mois de détention avaient été imposés à l’homme qui refusait alors de suivre toute forme de thérapie.

En décembre 2016, un nouvel appel fait au service de police a amené les agents de la paix à se pointer chez Morin.

Chez lui, en plus de retrouver 485 fichiers contenant des photographies d’enfants nus âgés de 5 à 10 ans, les policiers ont découvert chez le célibataire tout un arsenal pour accueillir et amuser un enfant comme des DVD de l’émission Passe-Partout, des jouets et des jeux de société.

Agressions sexuelles

Dans sa décision, la juge Chantale Pelletier a rappelé que l’accusé provenait « d’un milieu familial qui n’a pas favorisé son développement personnel et affectif » et qu’étant jeune, il avait subi des agressions sexuelles par un membre de son entourage.

Au surplus, elle a fait état que, depuis 2003, les professionnels maintiennent à l’égard de l’accusé le même diagnostic soit une « problématique sévère de pédophilie bisexuelle primaire ».

Bien que la peine imposée par la juge Pelletier en soit une de trente mois, il reste en réalité à purger à Morin un reliquat de quatre mois en raison de sa détention provisoire.