/news/provincial
Navigation

Québec prête 9 M$ pour aider Anacolor à déménager sur la Rive-Sud

L’usine de peinture s’installera sur la Rive-Sud en 2019

Québec prête 9 M$ pour aider Anacolor à déménager sur la Rive-Sud
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Avec l’aide d’un prêt de 9 M$ consenti par Investissement Québec, l’usine de peinture Anacolor, dont les émanations sont décriées depuis des années par des citoyens du secteur Cap-Rouge, déménagera sur la Rive-Sud, a annoncé jeudi le ministre responsable de la Capitale-Nationale, Sébastien Proulx.

« Le déménagement est prévu d’ici septembre 2019 », a fait savoir le ministre Proulx, en marge du caucus libéral.

« Hier (mercredi), le conseil des ministres a pris un décret confirmant une entente économique intervenue entre le ministère de l’Économie et Anacolor pour la relocalisation et la construction d’une nouvelle usine », a relaté le député de Jean-Talon.

Pour éviter de nuire à une transaction immobilière que l’entreprise est en voie de réaliser, le cabinet du ministre Proulx n’a pas voulu préciser dans quel secteur de la Rive-Sud la nouvelle usine sera construite.

On ignore où

En entrevue avec Le Journal, le président d’Anacolor, Éric Nadeau, a dit s’attendre à procéder à une annonce au début de la semaine prochaine.

« L’achat va se conclure d’ici la semaine prochaine, a dit M. Nadeau. Le terrain est réservé et tout. La Ville a déjà accepté. »

Pour citoyens de la Rive-Sud qui pourraient s’inquiéter de voir l’usine s’installer près de chez eux, M. Nadeau tente de se faire rassurant.

« On a été courtisés par plusieurs municipalités de la Rive-Sud et les gens ne voyaient pas de problèmes. [...] On est un bon citoyen (corporatif), on respecte nos normes », a dit M. Nadeau, sans nier qu’il y ait eu quelques problèmes par le passé dans le secteur Cap-Rouge.

La Ville de Québec paiera 2,1 M$

De son côté, la Ville de Québec a conclu une offre d’achat avec le propriétaire de l’usine de Cap-Rouge et paiera 2,1 millions $ pour acquérir le terrain. Même si la valeur de ce dernier est de 865 000 $ au rôle d’évaluation foncière, il s’agit d’une « très bonne affaire », selon le maire Régis Labeaume, qui prévoit un nouvel ensemble résidentiel et un parc.

Des études et des forages sont déjà en cours. « S’il y avait un niveau de contamination qui était au-delà du niveau commercial et industriel, on va déduire ça du coût de vente », a prévenu le maire de Québec.

Le déménagement de l’usine Anacolor avait fait l’objet d’un engagement du premier ministre Philippe Couillard, lors de l’élection partielle dans Louis-Hébert, l’automne dernier.

-Avec la collaboration de Stéphanie Martin, Le Journal de Québec