/news/provincial
Navigation

RTC: tous les transports sur une même application en 2022

Le plan stratégique du Réseau de transport de la capitale prévoit qu’à partir de 2025, on n’achètera plus que des autobus 100 % électriques. On prévoit que le métrobus 807 sera le premier parcours complètement électrifié dès 2040.
Photo Jean-François Desgagnés Le plan stratégique du Réseau de transport de la capitale prévoit qu’à partir de 2025, on n’achètera plus que des autobus 100 % électriques. On prévoit que le métrobus 807 sera le premier parcours complètement électrifié dès 2040.

Coup d'oeil sur cet article

Les usagers du RTC pourront planifier et payer leurs transports au moyen d'une même application dès 2022. Et le réseau se dotera de véhicules 100 % électriques à partir de 2025.

Le Réseau de transport de la Capitale a présenté jeudi son plan stratégique 2018-2027.

Le cœur du plan est la «mobilité intégrée», vers laquelle veut se tourner le RTC. Aujourd'hui, admet le directeur général Alain Mercier, l'offre de transport en commun peut sembler «compliquée» à l'usager.

Aussi veut-on faciliter la vie des citoyens. Ainsi, dès 2019, on passera au paiement mobile. À partir de 2022, les usagers auront la possibilité de planifier tous leurs déplacements au moyen d'une seule application. Les services intégrés seront multiples.

Un usager qui part de chez lui pourra ainsi préparer son trajet entre sa maison et son lieu de travail. Il aura la possibilité de tout planifier: commande d'un taxi, utilisation d'un autobus, vélo-partage, covoiturage, auto-partage, traversier et, éventuellement, tramway et trambus. Et le tout pourra être payé par téléphone intelligent.

Alliances

Dans cet objectif, le RTC devra s'allier à d'autres acteurs du transport. «La réussite passe par des partenariats avec les partenaires autour. On a des discussions avec les MRC, avec l'industrie du taxi. Ça va s'accélérer dans un avenir proche pour développer un modèle d'affaires plus rentable et plus approprié», a fait valoir le président du RTC, Rémy Normand.

«Il va falloir s'arrimer avec les voisins. On va les aider à offrir d'autres moyens de transport que l'autobus traditionnel», a indiqué le maire Régis Labeaume. «S'ils sont pour utiliser nos services, il va falloir qu'ils paient, comme tout le monde.»

100 % électrique

Le RTC envisage également de commencer à acheter des autobus entièrement électriques en 2025. Le réseau devrait être complètement électrifié en 2040.

D'ici là, on modifiera les centres d'opération, on adaptera les infrastructures sur le terrain et on révisera les parcours. Le Métrobus 807 sera la première ligne complètement électrifiée.

Les investissements nécessaires pour réaliser ces projets sont de 81 millions de dollars par an, soit 810 millions sur 10 ans, pour le maintien et le développement des actifs. En ce moment, le réseau coûte 65 millions de dollars par an.

Le RTC soutient que la mise en place du réseau de transport structurant, au coût de 3 milliards de dollars, permet une économie, puisque le maintien du réseau actuel aurait coûté 1,3 milliard sans le tramway, avec un rendement inférieur en termes d'achalandage.

«On ne peut pas être contre ce qui nous a été présenté. On dit depuis le début que le RTC peut aller encore plus loin. Il y a vraiment des bonnes idées là-dedans», s'est réjoui le chef de l'opposition, Jean-François Gosselin, qui apprécie que le RTC s'oriente vers le paiement en ligne. «On demande de les mettre en place le plus rapidement possible pour bonifier le service de transport en commun à Québec.»

Pour Étienne Grandmond, d'Accès Transports viables, l'intégration des services sur une même plateforme est essentielle pour accompagner la mise en place du tramway. «On doit donner des options aux gens pour se connecter facilement au réseau.»

– Avec la collaboration de Jean-Luc Lavallée