/world/europe
Navigation

Washington, Londres et Kiev, des «ennemis» de la Russie

Coup d'oeil sur cet article

MOSCOU | Les États-Unis, l’Ukraine et la Grande-Bretagne sont des pays «hostiles» à la Russie, estiment les Russes, selon un sondage de l’institut indépendant Levada-Tsentr publié jeudi.

Selon ce sondage réalisé fin mai auprès de 1.600 personnes dans 52 régions russes, le Bélarus, la Chine, le Kazakhstan et la Syrie sont au contraire considérés comme des pays «amis et alliés».

Les sondés pouvaient citer plusieurs pays en même temps dans leurs réponses.

Le nombre de Russes qui considèrent Washington comme un ennemi est passé de 37% en 2006 à 78% en 2018, alors que les relations entre les deux pays sont au plus bas depuis la Guerre froide.

Un Russe sur deux (49%) estime que l’Ukraine est un pays «hostile», selon ce sondage. Ce chiffre a été multiplié par trois après l’annexion de la Crimée par la Russie en 2014.

Pour la première fois, cette année les Russes ont été nombreux (38%) à citer la Grande-Bretagne parmi les pays «ennemis», probablement à la suite de l’empoisonnement le 4 mars de l’ex-agent double russe Sergueï Skripal qui a provoqué une crise diplomatique entre Londres et Moscou.

Un Russe sur deux (55%) a avoué éprouver des sentiments «négatifs» et «très négatifs» à l’égard de l’Union européenne, alors qu’un Russe sur trois (28%) a des sentiments plutôt positifs envers les Européens, ajoute le sondage.