/finance/business
Navigation

Un gin de Québec primé à l'international

Franck Sergerie
Photo courtoisie Moins d’un an après sa commercialisation, le gin BeOrigin de Québec vient de remporter les honneurs lors de quatre concours, se réjouit le distillateur Frank Sergerie.

Coup d'oeil sur cet article

Moins d’un an après sa commercialisation, le gin BeOrigin de Québec vient de remporter les honneurs lors de quatre concours. Ces reconnaissances pourraient d’ailleurs le propulser sur les tablettes du Japon et de la Chine.

« Ça nous donne une crédibilité internationale. Nous croyons que nous avons un produit de classe mondiale », se réjouit le distillateur Frank Sergerie, qui est également radiologiste de profession.

Médailles

Au cours des derniers mois, son gin considéré comme un siping gin, soit un gin à déguster seul, a séduit différents jurés américains. Il a ainsi remporté une médaille d’or (SIP Awards), deux d’argent (San Francisco World Spirits Competition et New York International Spirits Competition) en plus d’une de bronze (American Distilling Institute).

Franck Sergerie
Photo courtoisie

Fier de ses performances, M. Sergerie en fera mention sur ses prochaines bouteilles. « Nous avons déjà commandé les autocollants ! Nous sommes très fiers de notre médaille d’or, c’est un concours très prestigieux [le SIP Awards] », lance M. Sergerie, qui est actuellement en discussions pour exporter son produit, notamment vers le Japon et la Chine. « Nous revenons de nos missions commerciales, nous avons entre autres participé à un Salon des spiritueux à Hong Kong notamment et la réponse a été très favorable », indique-t-il.

« Bouquet floral »

Selon lui, c’est le « bouquet floral » que possède le BeOrigin, un procédé qui lui est unique, qui lui a valu ces reconnaissances. « Il y a le goût délicat du bouleau qu’on met dedans, puis en final les fleurs, dont des pétales de roses, puis la baie de genièvre, la coriandre, les bleuets du Lac-Saint-Jean et des zestes d’agrumes », explique celui qui a une capacité de production de 1000 bouteilles par jour dans sa distillerie Vice & Vertu située à Saint-Augustin-de-Desmaures.

Le distillateur planche par ailleurs sur deux autres produits, dont un autre type de gin, qui est actuellement analysé par la Société des alcools du Québec (SAQ), en vue de sa mise en vente. Son deuxième projet est gardé secret pour l’instant, affirme-t-il.