/news/currentevents
Navigation

Un admirateur de Marc Lépine coupable

L’ancien aspirant policier avait menacé des femmes

L’ex-étudiant en techniques policières Alex Pagé a plaidé coupable de menaces de mort envers les femmes et de possession de pornographie juvénile jeudi matin, au palais de justice de Chicoutimi.
Photo d'archives, Agence QMI L’ex-étudiant en techniques policières Alex Pagé a plaidé coupable de menaces de mort envers les femmes et de possession de pornographie juvénile jeudi matin, au palais de justice de Chicoutimi.

Coup d'oeil sur cet article

SAGUENAY | Un ancien étudiant en techniques policières à Alma qui disait admirer le tueur de Polytechnique a plaidé coupable jeudi de menaces de mort envers les femmes et de possession de pornographie juvénile.

Le Jonquiérois Alex Pagé, 23 ans, avait été arrêté le 10 mars 2016 après que d’autres aspirants policiers qui étudiaient avec lui au cégep d’Alma eurent dénoncé ses propos inquiétants aux autorités.

Dans un groupe Facebook privé, il avait notamment écrit que Marc Lépine «avait bien fait de tuer des femmes». Il avait aussi mentionné qu’une personne mourait toutes les trois secondes et qu’il aimerait y contribuer, «surtout si c’était une fille», a relaté la procureure de la Couronne, Me Nicole Ouellet, jeudi matin, au palais de justice de Chicoutimi.

Pornographie juvénile

Après son arrestation, les policiers ont saisi son téléphone cellulaire et sa tablette électronique. Ils y ont trouvé huit photos à caractère sexuel de jeunes filles âgées de 12 à 14 ans.

«Il a admis avoir possédé ces photos-là et aussi avoir une attirance envers cette tranche d’âge», a indiqué Me Ouellet dans son adresse au juge Jean Hudon de la Cour du Québec. Pagé a eu accès à ces photos entre le 1er janvier et le 9 mars 2016.

L’avocat de la défense, Me Charles Cantin, a indiqué au juge jeudi qu’il considérait le petit nombre de photos comme un «élément important» à considérer en prévision de la sentence à venir.

Six mois demandés

D’ailleurs, les deux parties n’ont pas pu s’entendre sur une suggestion commune jeudi, mais la Couronne a fait savoir qu’elle demanderait une peine de détention.

«On pense qu’une peine de six mois est adaptée à la situation de [M. Pagé]», a indiqué Me Ouellet.

De son côté, la défense a demandé un délai afin d’évaluer la possibilité de produire un rapport sexologique avant de revenir devant le tribunal le 23 juillet prochain.

Expulsé de l’école

Peu après le dépôt des accusations, Alex Pagé avait été renvoyé du cégep d’Alma et avait dû mettre une croix sur une carrière de policier. Jeudi, la Couronne a accepté de lui rendre son téléphone cellulaire, mais a maintenu sa condition de remise en liberté qui lui interdit d’accéder à internet.

La défense a essayé à quelques reprises de faire tomber cette condition par le passé afin de faciliter la poursuite des études de son client dans une autre profession, mais sans succès.