/news/transports
Navigation

Écrasement d’avion à Schefferville: la recherche de sensations fortes serait en cause

L'écrasement d’un avion d’Exact Air est survenu près de Schefferville le 30 avril dernier.
Photo courtoisie BST L'écrasement d’un avion d’Exact Air est survenu près de Schefferville le 30 avril dernier.

Coup d'oeil sur cet article

La recherche de sensations fortes pendant un vol à très basse altitude a contribué à l’écrasement d’un avion d’Exact Air près de Schefferville le 30 avril dernier.

Voilà une des conclusions du Bureau de la Sécurité des transports du Canada qui a dévoilé jeudi son rapport d’enquête sur l’accident, au cours duquel les deux pilotes de l’avion Piper ont perdu la vie.

L'écrasement d’un avion d’Exact Air est survenu près de Schefferville le 30 avril dernier.
Photo courtoisie BST

L’appareil a heurté une ligne de transport d’électricité avant de s’écraser. Les deux hommes de 24 et 25 ans réalisaient une série de relevés magnétométriques au-dessus d’un site minier à une altitude de 300 pieds.

L'écrasement d’un avion d’Exact Air est survenu près de Schefferville le 30 avril dernier.
Photo courtoisie BST

Ils avaient a pris l’habitude de voler à très basse altitude, entre 40 et 100 pieds, au retour de la zone de travail. La recherche de sensations, la fatigue mentale et une perception du risque altérée sont les trois facteurs soulevés par le BST.

L'écrasement d’un avion d’Exact Air est survenu près de Schefferville le 30 avril dernier.
Photo courtoisie BST

Les deux hommes avaient effectué 27 vols à très basse altitude pendant les 19 jours précédant l’accident.

Les enquêteurs ont noté que les pilotes étaient qualifiés pour ce type de travail et l’autopsie n’a révélé aucun facteur médical qui aurait pu avoir une incidence sur leur rendement.

Ils n’ont identifié aucune défaillance de l’avion et concluent que les conditions météorologiques étaient favorables au vol à vue.