/news/provincial
Navigation

Dion quitte Équipe Labeaume: une «crise de leadership sans précédent», selon Gosselin

Jean Francois Gosselin
Photo Simon Clark Le chef de l'opposition à la Ville de Québec, Jean-François Gosselin.

Coup d'oeil sur cet article

Le chef de l’opposition, Jean-François Gosselin, estime que le maire de Québec fait face à une « crise de leadership sans précédent » à la suite du départ d’un deuxième élu de son caucus.

M. Gosselin a rencontré les médias quelques instants après l’annonce du conseiller Raymond Dion, qui a choisi de quitter les rangs d’Équipe Labeaume et de siéger comme indépendant.

« Ce qui est inquiétant pour les citoyens, c’est que pendant ce temps-là, le maire ne peut pas occuper ses fonctions parce qu’il doit gérer une crise de leadership à l’interne », a souligné M. Gosselin.

Il a salué le « geste courageux » de M. Dion. « En même temps, ça en dit long sur comment ça fonctionne à Équipe Labeaume. M. Labeaume traite ses conseillers comme des plantes vertes. »

Le chef de Québec 21 a également rappelé le « malaise » survenu lors d’un comité plénier sur le projet de tramway. M. Dion avait alors posé des questions sur la desserte qu’il trouvait insuffisante dans le nord-ouest de la ville, où se trouve son district. « Il s’était fait rabrouer pas très discrètement par M. Labeaume. »

Rousseau prévoit d’autres départs

Le conseiller de Démocratie Québec, Jean Rousseau, a lui aussi salué le « courage » de Raymond Dion.

Jean Francois Gosselin
Photo d'archives, Simon Clark

« Sa démission est symptomatique de la gestion de M. Labeaume et je ne suis pas du tout surpris. Je crois qu’il y aura d’autres départs, et on peut voir que le leadership de M. Labeaume est ébranlé », a-t-il réagi à chaud, quand Le Journal lui a appris la nouvelle en matinée.

« C’est sûr que, pour moi, dans l’opposition, c’est une bonne nouvelle, parce que plus il y a de voix qui s’exprimeront et questionneront les façons de faire (de l’administration Labeaume), les décisions et la reddition de comptes, plus les citoyens vont être gagnants », a-t-il ajouté.

Le conseiller indépendant, Yvon Bussières, croit également que l’arrivée d’un nouveau joueur dans les banquettes d’opposition « bonifiera la démocratie ».

Proulx pourfend son ex-collègue

L’annonce de M. Dion a évidemment irrité des sympathisants du maire. L’ex-conseiller d’Équipe Labeaume, Laurent Proulx, qui a démissionné pour des « raisons personnelles » l’an dernier, n’a pas été tendre envers son ex-collègue.

« Raymond Dion n’aurait jamais été élu comme indépendant en 2017. Il a profité du nom Labeaume pour se faire réélire une dernière fois, pour ensuite retourner sa veste contre ceux qui l’ont fait élire. Quel manque d’envergure et de loyauté », a-t-il pesté. M. Dion n’a pas souhaité réagir à cette attaque.

– Avec la collaboration de Stéphanie Martin