/news/transports
Navigation

Altercation entre un maire et des cyclistes

L’incident à Lac-Saint-Joseph a fait bondir le fils de Louis Garneau

Michel Croteau, maire de la municipalité de Lac-Saint-Joseph.
Photo courtoisie Michel Croteau, maire de la municipalité de Lac-Saint-Joseph.

Coup d'oeil sur cet article

Une enquête policière est en cours concernant un incident survenu samedi à Lac-Saint-Joseph impliquant des sportifs et un conducteur, soit le maire de cette municipalité.

William Garneau, le fils de l’homme d’affaires Louis Garneau, était sur les lieux et il n’a pas apprécié le comportement de l’automobiliste, le maire Michel Croteau, sur le chemin Thomas-Maher, qui entoure le lac de la petite municipalité.

« J’étais en course à pied et nous avons croisé des cyclistes que je connais. Nous étions une dizaine en bordure du chemin. Un pick-up est arrivé en klaxonnant et il a avancé son pare-choc dans les vélos. Il a donné un coup de volant pour que son marchepied vienne ramasser les vélos », explique Garneau, qui est directeur général de l’entreprise de Saint-Augustin-de-Desmaures. Selon lui, l’intention du conducteur était de les faire dégager de la route.

L’individu serait ensuite sorti de son véhicule. Il se serait alors identifié, tout comme William Garneau. « Il est finalement retourné dans son auto. J’en reviens pas encore », ajoute-t-il.

Un autre athlète sur place déplore ce qui s’est produit.

« On jasait et le maire est arrivé et il trouvait qu’on prenait trop de place. Il a décidé qu’il ne se tassait pas et qu’il allait tranquillement foncer vers nous. J’ai voulu lui expliquer la règle du 1,5 mètre et il était très agressif », a affirmé Jean-Sébastien Plante.

Les policiers de la Sûreté du Québec ne se sont pas déplacés sur les lieux, mais les cyclistes affirment qu’une plainte a été déposée au cours de la journée. Des témoins ont aussi été contactés par l’enquêteur. La SQ ne fera aucun commentaire et refuse de confirmer le dépôt de la plainte.

William Garneau
Photo d’archives
William Garneau

À l’arrêt

Joint par Le Journal, le maire Michel Croteau reconnaît avoir rencontré un peloton de cyclistes samedi sur le chemin en question, mais nie s’être montré agressif. Selon lui, ils étaient à l’arrêt, en train de discuter, et ils entravaient la voie.

« Mon camion était arrêté à au moins 1,5 mètre et même deux mètres des gens qui obstruaient la rue en avant. [...] Je leur ai demandé de se tasser pour ne pas aller dans l’autre voie parce qu’il y a une côte et on ne voit pas de l’autre côté, c’est tout », soutient-il.

Le maire ajoute qu’il désire faire respecter le Code de la sécurité routière, qui stipule que les groupes de cyclistes doivent circuler à la file.

« Tout ce que j’espère, c’est que ces gens-là respectent une rue qui est étroite et que quand ils s’arrêtent, qu’ils s’arrêtent sur l’accotement, et que quand ils circulent, qu’ils circulent en file indienne », dit-il.

Nouvelles lois

En 2016, Louis Garneau a travaillé de concert avec le ministère des Transports en faveur de l’adoption de nouvelles lois relativement au respect d’une distance entre l’automobiliste et le cycliste sur les routes.

« Ça n’a pas de sens ! Il faut que ça arrête », a commenté l’ex-olympien au sujet de l’incident.

— Avec la collaboration de Dominique Lelièvre