/opinion/blogs/columnists
Navigation

Un sauvetage qui redonne confiance en l’humanité

Un sauvetage qui redonne confiance en l’humanité
AFP

Coup d'oeil sur cet article

L’opération de sauvetage des douze jeunes joueurs de soccer thaïlandais et de leur entraîneur va bon train et la moitié des garçons sont déjà sortis de la caverne. Il y a des jours comme ça où l’humanité nous donne des raisons d’être optimiste.

Trêve de pessimisme. Nous avons appris ce matin que l’opération de sauvetage des jeunes Thaïlandais pris au piège avec leur entraîneur dans les entrailles d’une montagne depuis le 23 juin a finalement pu commencer. Au moment d’écrire ces lignes, quatre des treize sinistrés ont pu être sortis sains et saufs* de ce dédale de tunnels partiellement inondés. Pour s’en sortir, ils ont dû parcourir plus de trois kilomètres et passer près de trois heures en plongée, parfois dans des ouvertures où un adulte de taille normale passe de justesse.

Les quelques graphiques ci-dessous rendent compte de la difficulté de la tâche que doivent confronter secouristes et sinistrés. Que les jeunes secourus aient pu traverser ces passages étroits en eau froide et trouble, sans visibilité et à contre-courant, représente un exploit hors du commun.

Je ne suis pas un expert en spéléologie ou en plongée spéléologique, mais j’ai déjà plongé dans des cavernes et négocié des passages étroits et je comprends tout à fait l’incommensurable difficulté et le danger de cette opération. D’entrée de jeu, la recherche des sinistrés représentait un immense défi pour les secouristes. Une fois retrouvés, les enfants, dont plusieurs ne savaient pas nager, devaient en quelques jours, dans un environnement hostile, reprendre leurs forces, apprendre à nager, à plonger et à surmonter leur peur pour accomplir un exploit d’une difficulté extrême, même pour des plongeurs aguerris. Il faut rappeler notamment qu’un des secouristes, le militaire thaïlandais Saman Gunan a succombé alors qu’il empruntait ce passage périlleux. Compte tenu de la difficulté de l’entreprise, le fait que plusieurs enfants soient déjà parvenus à s’en sortir est tout simplement incroyable!

Sans présumer de la suite des choses, tous les espoirs sont permis de pouvoir secourir l’ensemble du groupe. Alors que nos pensées accompagnent les acteurs de ce suspense et leurs proches, il vaut la peine de s’arrêter quelques instants pour dire une vérité toute simple. Les êtres humains sont souvent capables du pire, mais ils sont parfois aussi capables du meilleur. Parmi les secouristes, on retrouve des spécialistes de plusieurs métiers et de plusieurs pays qui ont su mettre de côté leurs différences pour coordonner leurs efforts de façon remarquable. Quand le courage, la générosité, l’ingéniosité, le savoir-faire et l’esprit de collaboration sont au rendez-vous, il n’y a pas beaucoup de défis qui sont hors de portée pour nos semblables. C’est dans des moments comme celui-ci qu’on peut être gagné par un sentiment peu commun de nos jours: l’optimisme.

* Une version antérieure de ce billet faisait état de six rescapés, selon les sources dont je disposais alors. C'était inexact. Quatre enfants, jugés les plus aptes à réussir, ont été rescapés dimanche.