/entertainment/tv
Navigation

Du pot qui mijote

Signe de temps, Netflix présente la première compétition télé de cuisine au cannabis

Cuisiniers en herbe
Photo courtoisie Dans chaque épisode, deux chefs s’affrontent pour créer le meilleur repas au cannabis. Sur la photo: Ramon Rivas.

Coup d'oeil sur cet article

La première compétition de cuisine au cannabis vient d’atterrir sur Netflix. Intitulée Cuisiniers en herbe (version française de Cooking on High), cette production originale du géant de l’écoute en continu respecte les codes des téléréalités du genre. Pensez aux Chefs, mais avec une Élyse Marquis en mode beaucoup, beaucoup plus lousse.

La première saison est composée de 12 épisodes d’environ 14 minutes chacun. Dans chaque émission, deux chefs tentent d’épater un jury composé de « célébrités » en préparant des plats contenant du cannabis. On recourt aux guillemets pour qualifier les « vedettes » invitées, parce qu’avant de regarder les quatre premières émissions, on n’avait jamais entendu parler du rappeur Mod Sun, du groupe hip-hop Warm Brew et des humoristes Ramon Rivas II et Brad Silnutzer.

Côté commentaires, on est loin des remarques d’experts de Jean-Luc Boulay, Normand Laprise et Pasquale Vari. Quand vient le temps de juger les concoctions des candidats, le vocabulaire des membres du panel se limite à « c’est fou » et « c’est cool ».

Quant aux plats préparés, ils n’impressionneront personne qui sait se servir d’un four et d’une planche à découper.

Un grilled cheese

Dans le premier épisode, l’un des concurrents, un restaurateur ayant déjà remporté un concours culinaire sur Food Network, nous sert même un grilled cheese. Son sandwich a beau être accompagné d’une salade de prunes fraîches dans de l’huile de cannabis, son plat n’a rien de bien renversant.

On préfère presque assister aux conversations anecdotiques des juges autour du comptoir. Parmi nos déclarations préférées, citons celle de Ramon Rivas II à propos du taux de THC d’un des plats goûtés au second épisode : « Je ne sais pas si j’en sens les effets, parce que j’étais déjà stone en arrivant. »

À défaut d’avoir un produit à mettre en valeur chaque semaine comme aux Chefs, les concurrents se voient imposer une herbe différente à chaque épisode. Ce dernier est toujours présenté par Ngaio Bealum, un acteur, musicien et auteur qui semble connaître son sujet de fond en comble.

La Marmite d’or

À l’animation, le youtubeur Josh Leyva adopte un style qu’on pourrait caractériser de désinvolte. Quand il informe les candidats du temps qui leur reste pour finaliser leur plat, le sentiment d’urgence n’y est pas. Car on n’écoute pas Cuisiniers en herbe pour savoir qui soulèvera le trophée en forme de Marmite d’or (le jeu de mots fonctionne mieux en anglais, puisqu’il est question du « Golden Pot »). On regarde l’émission par simple curiosité. Sans plus. Certes, des conseils légitimes sous forme de bulles apparaissent à l’écran de temps à autre, mais sinon, c’est plutôt vide. On sourit à l’occasion, mais on finit par s’ennuyer, faute d’enjeu véritable.

On croise toutefois les doigts pour que Cuisiniers en herbe donne des idées aux producteurs des Chefs.